Le contenu

Rencontre avec Bassa Mawem et Sylvain Chapelle, entraîneur de l’équipe de France de vitesse!

Nous bouclons notre série d’interviews avant Bercy. Après Mathilde Becerra en difficulté et Clémentine Kaiser en bloc, nous nous intéressons cette fois-ci à la vitesse. Pour cela, qui de mieux pour répondre à nos questions que le leader de l’équipe de France masculine, Bassa Mawem, ainsi que l’entraîneur de l’équipe nationale, sans qui toutes ces performances n’existeraient pas, Sylvain Chapelle.

Commençons d’abord cette interview avec l’athlète, Bassa Mawem…

Salut Bassa! Comment te sens-tu à quelques jours des Championnats du Monde ?

Je me sens plutôt bien, mais à vrai dire, je me sens bien depuis le début de la saison… Il ne me manque pas grand chose pour pouvoir m’exprimer pleinement et avec le coach nous sommes en quête de cette solution. 

Tu as retrouvé le chemin du podium ce week-end à Arco lors de la 5ème coupe du monde de vitesse. Est-ce que cette dernière compétition internationale t’a mise en confiance ?

Ce podium ne m’a pas mis en confiance car la concurrence est rude. Certes, il est une récompense mais je ne prends pas cette médaille de bronze pour acquit. Le niveau est tellement élevé cette année qu’il faut réussir à être présent à 100% physiquement, psychologiquement et tactiquement sur chaque compétition. Le moindre doute, la moindre hésitation, le moindre petit décalage physique ou émotionnel me fera passer à côté de ma compétition. 

Capture d’écran 2016-09-01 à 13.44.35

Tu avais déjà participé aux Championnats du Monde à Paris en 2012. Est-ce que le fait de grimper à l’intérieur, au sein de l’AccordHotels Arena, et poussé par son public influe sur la performance?

Personnellement, je ne pense pas que cela aura une influence sur moi, et dans tous les cas, je vais prendre toutes ces émotions comme elles viendront.

Comment vont maintenant s’organiser tes prochaines journées ? Te reste-t-il des petits détails à régler ?

Au niveau de ma grimpe, il me reste beaucoup de choses à régler car je suis loin d’avoir optimisé et automatisé tous les mouvements. Mais clairement, ce n’est pas en quelques jours que cela se fera. Je vais surtout chercher à me reposer dans l’optique d’arriver le plus frais possible afin de réussir à me concentrer suffisamment pour que ma gestuelle soit parfaite.

Capture d’écran 2016-09-01 à 13.39.40Peut-on affirmer qu’être champion du monde à Bercy c’est ton rêve ?

Le titre de Champion du monde serait énorme ! J’imagine que ça doit être magnifique à vivre et je vais poser mon pied à Bercy pour donner le meilleur de moi même. Mais mon rêve est bien plus grand. Être une fois le plus fort ne me suffira pas. Mon objectif est de devenir le plus fort et cela au moins sur une saison. De plus, maintenant que l’escalade est passée aux JO mes attentes et mes envies grandissent de jour en jour.

Pour résumer, car je pense que je pourrais décrire sans fin mes envies, mon objectif à long terme est de devenir leader et non de rester le challenger que je suis actuellement.

D’année en année, je progresse et c’est loin d’être la fin. Je remercie toutes les personnes qui croient en « les frères MAWEM », la famille, ma chérie Anne-Claire, la fédé, nos sponsors (Murmur, Lasportiva, Advance Nutrition et Snap) les coachs, mon ami Kiné Ludo qui me répare 2 fois par semaine, un ami de la famille Gérald qui s’occupe de toute la partie diététique, nos amis et connaissances qui nous encouragent tous les jours. 

Ca nous arrive d’être à genoux mais ils nous aident toujours à nous relever. Alors MERCI à eux:-)

Le mot du coach maintenant, Sylvain Chapelle, entraîneur de l’équipe de France de vitesse:

Capture d’écran 2016-09-01 à 14.02.07

Salut Sylvain! Le décompte est lancé, comment se sent-on, en tant qu’entraîneur, à quelques jours des Championnats du Monde ?

J’ai à la fois hâte que ça arrive parce que forcément ça va être la plus belle compétition de l’année, et je suis aussi assez serein dans la mesure où toute l’équipe a montré des choses magnifiques depuis le début de la saison. J’ai envie que tous puissent montrer l’étendue de leur potentiel.

L’équipe de France de vitesse est peut-être plus forte que jamais cette année. Quel est le secret de cette réussite ?

Effectivement, l’équipe a obtenu de très bons résultats avec Anouck, Bassa et Elma qui réalisent tous les 3 des podiums mais aussi avec les autres : Aurélia (championne d’Europe junior 2016), Victoire, Quentin ou Guillaume qui sont vraiment très proches des podiums. Sans oublier notre « grimpeuse adoptive » Charlotte Durif qui s’entraîne beaucoup avec nous en vue du combiné et tous les petits jeunes de l’équipe de France jeunes !!

Tout le monde travaille énormément à l’entrainement, quelles que soient les conditions climatiques (on grimpe sur le mur du pôle à Voiron hiver comme été). L’état d’esprit de chacun est irréprochable, ils ont tous envie de réussir et de donner le meilleur d’eux-mêmes.

Puis je ne peux que les féliciter TOUS pour leur esprit d’équipe qui est remarquable, ils s’aident, s’encouragent tous à chaque instant. Ils ont la volonté de réussir individuellement et aussi que l’équipe fonctionne bien.

11109581_607183856090204_2503331927929591284_o

Comment gérer la planification tout au long de cette saison, pour être performant dès la première coupe du monde en Avril et arriver à être à son pic de forme en Septembre après 5 mois de compétitions ?

C’est loin d’être simple mais c’est aussi ce qui est grisant et intéressant. Le plus important dans ces longues périodes sans compétition est de gérer au mieux le repos de tous afin que chacun soit au mieux physiquement mais aussi que sa motivation reste au plus haut tout au long de cette saison.

Anouck Jaubert vient de marquer l’histoire de l’escalade de vitesse en remportant 3 coupes du monde consécutives. T’attendais-tu à une telle performance de sa part cette saison ?

Non, je m’attendais à ce qu’elle gagne toutes les compétitions cette année 🙂

On a changé beaucoup de choses dans sa grimpe, ses méthodes et le temps a manqué un peu au début de la saison pour qu’elle digère complètement ces changements.

Anouck est une excellente grimpeuse qui a accompli de très belles choses jusqu’à aujourd’hui et c’est loin d’être fini !

Quels sont les derniers mots que tu vas dire à cette équipe de France la veille du Jour J ?

« Bonne nuit et… à demain ! » 😉 😉

Publié le : 09 septembre 2016 par Nicolas Mattuzzi 1042 vues

# Actualités PGInterviews

bassa mawemchampionnat du monde 2016sylvain chapelle