Le contenu

Test matos: Les chaussons Scarpa Furia

Bienvenue du côté obscur !!

Finis les consensus et au diable la polyvalence, avec le Furia, Scarpa dévoile la face cachée de la force : la souplesse.

Scarpa livre un modèle haut de gamme voué à la performance en ayant fait des choix forts et assumés.

Bloc, compétitions, voies déversantes… voilà le programme annoncé par la marque italienne (si si… 😉 ).

Au déballage, l’aspect visuel nous est apparu assez quelconque. Un chausson essentiellement vêtu de noir qui ne tape pas vraiment à l’œil. Mais dès qu’on le prend dans les mains, on se rend rapidement compte que ce n’est pas un chausson comme les autres.

Avant même de l’enfiler, la souplesse du chausson semble énorme, et selon le constructeur il s’agirait d’ailleurs du chausson le plus souple du marché. Nous l’avons testé pour voir ce qu’il avait vraiment sous le capot ! Sommes-nous tombés sous le charme pour de meilleurs lendemains ?

 

 

Le Furia est construit sur les mêmes bases que son cousin le Booster S. Plutôt de bonne augure donc… Le chausson est très facile à enfiler grâce à sa large ouverture et se verrouille à l’aide de deux scratchs performants et résistants dans le temps. Il faut cependant noter un volume de pieds très fin qui ne conviendra pas à tout le monde. Après mesure, c’est plus d’un demi-centimètre qui sépare le Furia d’un Instinct VS.

Une fois à l’intérieur, le confort est là, il n’y a pas de doute, mais tout est relatif. En effet, le revêtement intérieur n’est pas toujours très agréable au contact de la peau, et certaines coutures un peu trop présentes. Mais on vous rassure, une séance de pan ne se fait pas dans la douleur, et on peut garder les chaussons aux pieds un bon moment avant d’envisager l’amputation !

 

 

Le Furia est logiquement doté de la gomme Vibram XS Grip 2.  Une gomme tendre donc, et très adhérente. Et afin de garantir des sensations immédiates, ce n’est pas 3,5mm de gommes mais seulement 3mm qui accompagnent le Furia. Assurez-vous donc d’avoir la technique de pieds digne de Dark Vador et pas celle de Choubaka sinon vos Furia ne vont pas durer bien longtemps…

Le Furia est un chausson « haute performance », très asymétrique, cambré et d’une souplesse affolante. A la première séance on pose les pieds partout, n’importe comment en profitant de son effet ventouse. Puis on commence à comprendre et on prend ses marques. Le Furia n’est pas qu’une machine à mettre les pieds à plat. Son asymétrie prononcée et son talon qui pousse très fort permettent de charger les petites prises et autres grattons avec une préférence pour le devers.

Du coup, en bloc ou dans des voies déversantes, le Furia a de bons arguments à faire entendre. Véritable machine sur bossette et autres plats, le Furia n’en reste pas moins précis et capable de charger des petites prises. Son extrême souplesse distille énormément de sensations.

 

 

La pointe et le talon du furia sont complètement recouverts de gomme très adhérente et fine qui, une fois encore, distille beaucoup de sensations. Trop pour certains qui lui reprochent de ne pas assez protéger le pied. Chaque position se défend et on ne va pas reprocher à Scarpa d’être allé au bout de son projet. En revanche, le petit bourrelet présent sur le talon pour soi-disant aider au crochetage talon ne fera pas que des heureux. Il y a les fans, et il y a les autres. Nous, nous faisons plutôt partie des autres, qui ont du mal à apprécier ce genre d’originalité pas toujours très efficace, mais après tout pourquoi pas !

 

 

Conclusion: Le furia est donc un chausson atypique dans le bon sens du terme.Un chausson tourné vers la performance pure et qui ne fait aucune concession. Un chausson reservé à une élite qui sait ce qu’elle veut et ce qu’elle cherche en se tournant vers le Furia. A ne pas mettre dans toutes les mains !!!

 

Capture d’écran 2016-01-17 à 16.23.06Thomas BALLET, membre de l’équipe de france et de la team Planetgrimpe, nous livre ses impressions:

Les FURIA sont des chaussons très souples, ils permettent donc de réaliser des adhérences qu’aucun autre chausson ne permettrait. Ils sont aussi très performants quand il sagit d’utiliser un pied pourri car on ressent la prise, on sent si le placement est optimum et en pratique dans une voie extrême c’est vraiment très important.

Pour les gratons très agressifs, la contre partie c’est que le chaussons s’écrase un peu et fait mal aux orteils mais ils restent tout de même performant en grattonage.

Je les ai utilisé pour réalisé une voie dure en falaise et dans la dalle de fin je me sentais plus en confiance avec ce modèle qu’avec un vapor v pourtant plus rigide…

Le talon peut surprendre avec cette petite bandelette de gomme sensée faciliter les crochets dans les petites prises. Au final, il se révèle assez performant même s’il a légèrement tendance à s’affaisser en cas de crochetage dans une petite prise.

Le mot d’ordre de ce modèle c’est l’efficacité par les sensations.

Personnellement c’est mon modèle de prédilection en compétition.

 

 

 

 

Publié le : 17 janvier 2016 par Vincent 3323 vues

# Actualités PG# Univers MatosNews MatosTest matos

furiascarpa