Le contenu

Test matos: le Matik de chez Camp

Élément central de notre pratique, le système d’assurage doit faire l’objet d’un choix. Un choix guidé par plusieurs critères, parmi les principaux, nous devons nous poser la question de notre pratique. Des voies, des grandes voies, des cordes simples, doubles ? Il nous faut aussi prendre en compte notre niveau. Faisons nous essentiellement de la moulinette, des voies en tète, travaillons-nous des voies… Il y a la question du budget de 10 à 100€, la morphologie (enfant, adulte), le diamètre de notre corde, freinage assisté ou non…

Et puis, il y a le feeling, le ressenti qui fait que l’on se sent à l’aise et en sécurité avec tel ou tel appareil. Force est de constater que les systèmes d’assurage autobloquants ont le vent en poupe pour des raisons évidente de sécurité (n’en déplaise au fondamentaliste de l’assurage en 4 temps).

Dans cette guerre sans merci, le fabricant italien CAMP propose depuis cette année le Matik. L’idée semble simple : reprendre ce qui marche et corriger les défauts existants.

Bon, nous n’allons pas tourner autour du pot trop longtemps. Le Matik ressemble fort au légendaire Grigri de chez PETZL. Alors, pâle copie ou coup de génie ? On l’a testé pour vous !

Lors de notre première rencontre au salon de l’Outdoor à Friedrichshafen, le Matik nous avait séduit et nous avions hâte de l’essayer. Pour être le plus pertinent possible, nous avons proposé le Matik à un large panel de grimpeur. Falaisiste quinquagénaire expérimenté, jeunes trublions peu expérimentés mais à la fermeture de bras inversement proportionnel à leurs techniques de pieds (SAE exclusivement), puis nous avons mis à disposition le Matik dans un club (beaucoup de débutants et de niveaux intermédiaires / confirmés 6a-6c).

Bilan : La mise en place de la corde est facile, mais il faut toutefois faire attention au sens de montage de la corde autour de la came (utiliser les pictogrammes) comme sur les autres systèmes autobloquants. Le premier point positif pour la sécurité se révèle immédiatement : il est impossible de clipper le MATIK à son pontet si la came n’est pas bien positionnée, bien vu !!

 

La pratique de la moulinette s’est montrée extrêmement intuitive. Durant l’assencion, la valse à 4 temps se fait de façon naturelle et la corde coulisse bien même avec des modèles usés et de gros diamètres. A la descente, c’est un peu plus mitigé. Le fonctionnement est très simple. A la manière d’un Grigri, on vient tirer sur la grosse manette pour débloquer le système. La nouveauté provient d’un système anti-panique intégré. Avec ce système, CAMP tort le coup à ce problème récurent : en cas de panique les utilisateurs peu habitués avaient le fâcheux réflexe de rester crispés sur la manette et de ne pas la lâcher… Avec le Matik, le problème est résolu : si vous tirez trop fort sur la manette, elle bloque instantanément la corde. Pas mal non ?! Un gain de sécurité qui a séduit les entraineurs de club. « on était moins stressés lors de nos séances d’encadrement ».

IMG_0025L’idée est donc très bonne, mais… mais oui il y a un mais : Le débattement entre le moment où la came s’ouvre et le moment où l’anti-panique se déclenche est très court (trop à notre goût) ce qui demande une certaine dextérité pour trouver le juste milieu. Il faut donc pas mal de doigté et/ou d’expérience pour gérer la pression sur la manette, sous peine que l’anti-panique se déclenche régulièrement et bloque alors la descente. 

L’assurage en tête peut être effectué de deux manières. La première est identique à l’utilisation d’une plaquette. On utilise de façon coordonnée les deux mains pour donner du mou. Une en haut qui tire la corde et l’autre en bas qui amène une brassée de corde. Lors de l’échauffement, vous êtes bluffé par la fluidité du système. Mais les choses se compliquent quand la situation devient disons, plus pimentée !! Dans la précipitation, on bloque facilement le système rendant du coup la situation encore plus pimentée…

Camp propose donc une deuxième méthode pour donner du mou. Cette fois, on se rapproche de la méthode « grigri ». La main du bas est positionné sur l’appareil avec l’index qui empêche la came de se mettre en action et la corde coulisse dans le reste de la main. Afin de faciliter les choses, une gorge retient la corde dans l’axe.La deuxième main permet de tirer le mou au dessus de l’appareil.Une méthode qui demande un peu d’entrainement (et d’aller voir le tutoriel video…) mais qui marche bien et offre de bonnes sensations. Petit bémol toutefois:  la corde sort souvent de sa gorge rendant alors la manipulation plus difficile.

Lors des chutes, il faut admettre que le système de blocage de la corde est une réussite. En effet, la corde n’est pas bloquée instantanément et de façon brutale. Cela surprend un peu les premières fois, mais ce système rend les choses plus douces pour les deux partenaires et pour votre corde.

La corde, parlons-en ! Le Matik a montré deux visages bien différents lors de l’assurage en tête. Très à l’aise et d’une fluidité remarquable en compagnie d’une corde fine (diamètre inférieur à 9,6mm) le Matik s’est montré allergique aux cordes plus épaisses ou vieillissantes.

Conclusion : Le Matik a plu, nous a plu et saura trouver son public en se positionnant comme une alternative intéressante dans le monde des systèmes d’assurage avec freinage assisté. Beau et léger, ce système est à réserver aux cordes fines sous peine d’être rapidement puni. Une donnée presque paradoxale au regard du succès rencontré auprès des grimpeurs débutants pour la moulinette. En corrigeant quelques défauts (gorge de sortie plus profonde, sensibilité du système anti-panique, et son prix (100 €) qui peut vite devenir un frein) CAMP pourrait s’ouvrir la voie vers un succès d’ampleur. 

[divider]

Publié le : 17 décembre 2015 par Vincent vues

# Actualités PG# Le Lab PG# Univers MatosNews MatosTest matos

campMatik