Le contenu

Test matos: Y&Y Lunettes d’assurage

L’industrie du sport est en perpétuelle effervescence pour concevoir les produits de demain. Entre vraies/fausses bonnes idées, innovation ou simple évolution, chaque marque entend bien apporter sa pierre à l’édifice. L’arrivée d’une nouvelle gamme de lunettes prismatiques chez le fabricant grenoblois Y&Y est donc une bonne occasion pour faire le bilan et vous livrer nos impressions : alors, révolution ?

On aura tout entendu sur ces lunettes. Des blagues douteuses aux avis tranchés, chacun d’entre nous y est allé de son commentaire. Les ritournelles habituelles viennent de ceux qui n’ont pas essayé ou alors 2 minutes dans un coin de la salle (des fois qu’on nous verrait avec ces horreurs sur le nez…). Et bien oui, n’ayons pas peur des mots !! Il faut bien l’avouer, on est quand même plus à notre avantage avec une paire d’Oakley sur le museau qu’avec des lunettes à prisme.

Pour ma part, je ne vous cache pas que je me suis bien marré en voyant pour la première fois un assureur avec ces lunettes. « Ils ne savent vraiment plus quoi inventer… »

Le temps est passé et Y&Y vertical a su aller chercher son public en mettant pas exemple leurs lunettes en essai dans les salles d’escalade.

Si les lunettes à prismes n’ont encore pas envahi le pied des voies, nous sommes prêts à parier que ce n’est qu’une affaire de temps pour une raison simple : elles répondent à un besoin. N’allez pas chercher la théorie du complot marketing. Les médias ne sont pas partis au caraïbes tout frais payés (bien que ça m’aurait plu…) et aucune publicité subliminale n’est à recensée ! Non, Y&Y Vertical n’a pas créé le besoin, elle y a juste répondu.

Les problèmes de douleurs aux cervicales deviennent de plus en plus problématiques et préoccupants. Nous avons rencontré beaucoup de falaisistes nous confiant qu’ils refusaient parfois des sorties à cause de douleurs au cou.

Y&Y propose deux collections : la collection « Classique » et ses dérivés en couleurs et la collection « Plasfun » disponible elle aussi en 4 coloris.

La collection Classique s’appuie sur une monture métallique semblable à de nombreuses lunettes. La collection Plasfun est quand à elle conçue dans une armature en plastique.

Ce qui marque en premier quand on reçoit sa paire de lunettes est le niveau de finition et d’équipement. Impressionnant !! Un cordon, un essuie lunettes, un tourne vis, des tablettes et leur vis de rechange.

Le tout s’il vous plait, dans un étui antichoc mousquetonnable  à double fermeture : un zip et un velcro bien pratiques pour refermer l’étui rapidement quand on ne peut pas libérer les deux mains.

L’utilisation des lunettes à prismes demande de l’entrainement car elle chamboule tous vos repères (surtout les distances). Nous vous invitons donc fortement à  vous « entrainer » en salle pour comprendre et apprivoiser ce nouveau monde visuel. 

Leur grande finesse permet de jongler entre les images issues des prismes et votre vision normale pour rester ainsi connecté au milieu dans lequel vous évoluez. Vous pouvez par exemple sécuriser vos déplacements en regardant le sol ou  jeter un œil sur votre marmot qui joue avec des cailloux un peu plus loin…

Chez PG, nous avons préféré le modèle Plafun de part leur meilleure tenue sur le nez et un visuel plus sympa. Chacun ses goûts…

Conclusion : Il vous faudra simplement passer outre vos à priori pour vous rendre compte que les lunettes prismatiques constituent une vraie révolution. Y&Y ne propose pas qu’une réponse à ceux qui souffrent déjà. C’est aussi sur le thème de la prévention que la marque iséroise marque des points. N’attendez pas que vos cervicales vous fassent souffrir pour passer le cap.  Ce serait dommage et souvent irréversible… Dernier détail, le prix! Pour 60€ que demander de plus…

[divider]

Amandine LOURY (membre de la team PG), utilisatrice de lunettes à prismes, nous livre ses impressions : pertinent !

Capture d’écran 2015-11-28 à 16.00.36En ce qui me concerne j’utilise les lunettes d’assurage Y&Y car il m’était devenu impossible d’assurer quelqu’un en tête avec la nuque sans arrêt pliée en deux. Je me bloquais les cervicales en assurant et cela se reproduisait même une fois rentrée à la maison, ce qui devenait inquiétant. J’ai donc acheté ces lunettes prismatiques et depuis tout va beaucoup mieux.

Pour moi elles permettent de suivre le grimpeur de façon plus continue, et donc plus sécuritaire, étant donné qu’on n’a pas besoin de baisser la tête de temps en temps pour se détendre les cervicales. On peut garder constamment les yeux rivés sur notre grimpeur. En revanche elles nécessitent un certain temps d’adaptation et quelques précautions sont à prendre selon moi. Par exemple, ne pas les utiliser avant que le grimpeur ait mis les 3-4 premières dégaines car avec les lunettes on ne se rend pas compte de la distance qui sépare le grimpeur du sol, donc gare au retour au sol. Ensuite avant que le grimpeur se lance dans son run, ça peut être bien de repérer si la chute peut être mauvaise (terrasse…) à certains endroits et de l’anticiper. Car encore une fois, lorsqu’on n’a pas trop l’habitude des lunettes, on ne se rend pas toujours bien compte des distances, notre champ de vision est un peu réduit et lors du vol du grimpeur il peut sortir du champ de vision que l’on a à travers les lunettes. Mais avec l’habitude tout cela est anticipé et la chute du grimpeur est très bien dynamisée. Surtout que les lunettes n’étant pas encombrantes (petits prismes et monture réduite et fine), elles permettent de voir où on en est au niveau du mou laissé au grimpeur et de voir où on va poser ses pieds lorsqu’on va avancer pour dynamiser le grimpeur.

Bref, pour 60 euros elles permettent de préserver nos cervicales et d’assurer le grimpeur en toute sécurité. Personnellement, je ne peux plus m’en passer et assurer quelqu’un dans une longue voie de Conti n’est plus une souffrance pour mes cervicales.

Publié le : 01 décembre 2015 par Vincent vues

# Actualités PG# Le Lab PG# Univers MatosNews MatosTest matos

Y&Y