Le contenu

Portrait de grimpeuse: Anna Stöhr

Salut Anna, peux-tu te présenter rapidement?

Je m’appelle Anna Stöhr, j’ai 25 ans et j’habite à Innsbruck en Autriche. Là-bas, j’étudie l’anglais et le sport.

Te souviens-tu de la première fois où tu as enfilé des chaussons d’escalade? Qu’est-ce qui t’a fait continuer?

Honnêtement, je ne sais plus. Je grimpe depuis très longtemps. Mes parents nous ont toujours emmenés, ma sœur et moi, en falaise. J’adore le sport et je m’amuse beaucoup. Je ne peux pas imaginer une seule seconde arrêter!

Et pourquoi t’être tournée plus vers le bloc que la diff?

Tout simplement parce que c’est mon style! Je pense que le bloc me convient mieux et aussi parce que c’est plus varié et créatif. Mais je grimpe tout de même souvent en falaise.

Tu es incontestablement la meilleure bloqueuse du monde. Parle-nous de ton entrainement.

Je ne dirais pas ça. Il y a beaucoup de femmes fortes en bloc et je suis heureuse de faire partie de celles-ci. Concernant mon entrainement, avant la saison, je m’entraîne cinq fois par semaine. Puis une fois la saison terminée, je grimpe principalement dehors. Chaque fois que j’ai le temps et que la météo me le permet, je file grimper!

Cette année, tu remportes sept des huit coupes du monde. Tu es clairement au-dessus des autres. Reviens un peu sur cette saison.

En effet, c’était une saison incroyable et j’ai encore du mal à tout comprendre. Je ne sais pas pourquoi tout a si bien fonctionné, mais je suis super contente!

street

La dernière fois que tu n’as pas participé à une finale d’une coupe du Monde, c’était en 2010! Révèle-nous ton secret!

Je ne sais pas exactement quel est mon secret, mais je suppose que je dois beaucoup à mon expérience. Ça m’aide beaucoup.

Dans quel état d’esprit es-tu avant de commencer une compétition ou un bloc?

Le meilleur état d’esprit à avoir, c’est d’être heureux et concentré.

Explique-nous comment se déroule une journée type pour toi?

Je me lève et je prends mon petit-déjeuner. Je vais à l’université et ensuite, je pars m’entraîner. Après, je vais voir mes amis, on boit une petite bière et au lit!
Et selon la période, je grimpe dehors toute la journée avec mon copain, puis même rituel, une bière et au lit. 😉

Justement, tu t’entraînes avec ton copain, Kilian Fischhuber. J’imagine que ça t’apporte beaucoup.

Oui, bien sûr, ça aide beaucoup d’avoir un partenaire qui est un grimpeur passionné comme lui. J’apprends beaucoup grâce à lui et nous partageons de nombreux bons moments ensemble.

L’équipe autrichienne est très forte, aussi bien en diff qu’en bloc. Comment faites-vous?

Il y a plusieurs raisons à ça. Tout d’abord, nous avons une très bonne fédération, qui travaille beaucoup dans l’intérêt des grimpeurs. Puis, nous avons des entraîneurs extraordinaires, comme mes entraîneurs Rupi Messner et Reini Scherer.
Nous avons une bonne équipe et un super esprit, c’est donc beaucoup plus amusant de s’entraîner et de voyager ensemble.
Enfin, cela vient aussi du fait qu’en Autriche et plus particulièrement à Innsbruck, il y a une véritable culture de l’escalade et de super lieux de grimpe.

falaise

Quel est ton plus beau souvenir dans ta vie de grimpeuse?

Il y a tellement de bons souvenirs que je ne peux pas en choisir qu’un. L’escalade est très importante dans ma vie et elle m’a aussi beaucoup appris.

Comme tu l’as dit un peu plus haut, une fois la saison terminée, tu pars grimper et voyager autour du globe. Parle-nous de ton dernier voyage.

Je fais toujours plusieurs voyages parce que ma motivation vient essentiellement du rocher. Cette année, je suis allée à Hueco avant le début de la saison, en février. Puis, pendant la saison, en juillet, je suis parti à Rockland. Enfin, une fois la saison finie, je suis allée en Sardaigne et à Kalymnos. Et bien sûr, je vais bientôt partir ailleurs…

Quels sont tes objectifs pour la prochaine saison?

Je vais continuer à faire le circuit de coupes du monde, mais aussi les championnats du monde. J’espère continuer à m’amuser et à réussir.

Comment t’imagines-tu dans dix ans?

Ouh, je ne sais pas, c’est encore dans loooooongtemps! Mais demain j’irai grimper, ça c’est certain!

Vous pouvez suivre Anna à travers son blog, régulièrement mis à jour! C’est ici que ça se passe

Photos: Rainer Eder et Austria Climbing Team

Publié le : 23 novembre 2013 par Nicolas Mattuzzi

# Actualités PGInterviewsinterviews et portraits

Anna Stohr