Le contenu

Portrait: Jain Kim

Pour la première fois, Planetgrimpe est allée à la rencontre de la grimpeuse sud Coréenne, Jain Kim. Une grimpeuse assez disrète mais qui s’illustre par ses performances en compétitions et son style de grimpe félin. Bref, une grimpeuse hors norme que nous sommes fiers de vous faire découvrir à travers ces quelques questions.

– Salut Jain ! On commence par le commencement, peux-tu te présenter rapidement ?
– Salut ! Je m’appelle Jain Kim, j’ai 23 ans, et je suis une grimpeuse sud coréenne. Je suis une passionnée de grimpe, et j’adore les compétitions. C’est à la fois un défi personnel et un plaisir de se retrouver parmi d’autres grimpeurs.

– Quand et comment as-tu commencé l’escalade ?
– La première fois que j’ai grimpé, j’avais 12 ans. J’ai été largement influencé par ma famille : mes parents aiment la montagne et la rando, et mes deux frères (Jaha et Jabee) sont eux aussi grimpeurs.

– Qu’est-ce que tu aimes dans ce sport ?
– Je crois que ce que je préfère c’est la concentration que demande ce sport. Et puis quand je grimpe, tous mes sens sont en alertes, j’ai l’impression de ne faire plus qu’un avec le mur.

– C’est un sport connu en Corée ?
– Hélas non !! La route est encore longue avant que l’escalade spot un sport national ! Mais je suis bien motivée pour continuer de promouvoir ce sport dans mon pays.

– Comment l’escalade se développe-t-elle en Corée ?
– Même si l’escalade sportive n’est pas bien connue en Corée, de plus en plus de personnes prennent consciences des petit plus de ce sport : garder un corps et un esprit sain, et même perdre du poids avec un peu de motivation. A la télé les seules images d’escalade que l’on peut voir, ce sont des images dans les séries TV ! Bref, il y a encore du chemin !

– Bon, et si on parlait entraînement ? dis nous un peu comment ca se passe pour toi ?
– Je m’entraîne environ 5 jours par semaine, 5 ou 6 heures par jour. Je me surpasse à chaque fois pour tenter d’aller plus loin et de progresser, surtout dans les grands mouvs. Je m’entraîne dur pour me préparer aux compétitions et pouvoir donner le meilleur de moi-même.

– Quels sont tes points forts et tes points faibles ?
– Alors, je pense que mes points forts sont ma résistance et ma souplesse. Je pourrai dire que ma taille est un point faible, mais j’ai d’autres capacités qui me permettent d’oublier que je suis petite.

– A quoi ressemble une semaine de Jain Kim ?
– Comme je suis une grimpeuse professionnelle, ma priorité c’est l’entraînement. Comme je l’ai dit juste au dessus je m’entraîne 5 jours par semaine. Je suis également à l’université de Corée, spécialisée dans l’éducation physique. J’étudie le matin, et je grimpe l’après midi. La semaine dernière, j’ai également commencé les cours d’anglais ! Et puis en plus de tout ça, j’essaye de faire connaître mon sport aux Coréens, en faisant des interviews avec des journalistes, ou en participant à quelques reportages télé. Quand je ne travaille pas et que je ne m’entraîne pas, je suis une fille de 23 ans comme les autres : je vois mes amis, je sors, et je m’amuse !

– Tu viens de répondre à notre prochaine question, car on se demandait si tu étais grimpeuse professionnelle.
– Je suis à la fois grimpeuse pro, et étudiante. Je serai diplômée l’année prochaine, mais je compte encore continuer mes études.

– On te voit souvent sur les compétitions, mais on entend rarement parlé de toi en falaise ?
– Oui c’est vrai. J’aimerai faire plus de falaise, mais pour être au top en compétition, il ne me reste pas beaucoup de temps pour aller en falaise. Et puis, il faut avouer qu’il n’y a pas beaucoup de spots en Corée. Ce n’est pas l’Europe !

– Cette année, il n’y a plus de super finale en coupe du monde, tu en penses quoi ?
– Personnellement, je serai pour un retour des super finale car j’aime l’idée d’un nouveau challenge quand ma performance égale celle des autres grimpeuses.

– Pas trop dure de suivre les nombreuses étapes cette année ?
– Oula, ce n’est vraiment pas facile. Je me suis entraînée vraiment à fond pour pouvoir faire le tour du monde et enchaîner les compétitions. J’essaye de rester au top aussi bien physiquement que mentalement jusqu’au bout de la saison.

– Tu n’as pas participé à l’étape de Boulder aux Etats Unis, tu peux nous expliquer pourquoi ?
– Une compétition nationale était organisée en même temps en Corée. J’ai dit aux dirigeants de ma fédération que je préférai aller sur une étape de coupe du monde, c’était plus important pour moi en tant que grimpeuse pro. Et puis, ca me permettait de représentait mon pays à l’international. Hélas, ils ont insisté pour que je participe à la compétition locale, et m’ont interdit d’aller à Boulder. Au final, je n’ai fais ni l’une ni l’autre.

– Comment tu te prépares juste avant de grimper sur une finale de coupe du monde ?
– J’écoute de la musique, et je me concentre pendant mon échauffement. Et surtout, je me dis « Jain, fais toi plaisir ! »

– Si tu devais donner un conseil aux jeunes grimpeurs qui veulent percer en compétition ?
– Just do it ! Rien n’est facile, il faut s’entraîner dur, et surtout y croire !

– Merci Jain pour le temps que tu nous as accordé, et encore bravo pour ta 2ème place de la coupe du monde 2011 !

Publié le : 20 décembre 2011 par Charles Loury

interviews et portraits

Jain Kim