Le contenu

Author Archives: Vincent

Actu matos: Une gamme complète dédiée à l’entrainement chez La Sportiva

11 Juil

La Sportiva sortira au printemps 2018 une gamme complète de textile dédiée au training. Nous avons pu essayer une partie de ces produits et le moins que l’on puisse dire c’est qu’on a hâte !!

Training ?? Bon, nous on se serait  bien vu le dimanche soir au fond d’un canapé face à cette sensation d’avoir enfilé un pyjama…

Le confort est tout simplement sublime avec des choix de textiles très légers, stretchs et respirants. La Sportiva n’oublie pas non plus de nous montrer tout son savoir-faire avec le goût du détail soigné et des empiècements techniques.

 

La gamme s’appuiera sur une identité visuelle forte, des choix de couleurs chers à la marque et sur une liste de produits complète (pantalon, short, t-shirt, brassière…).

Un coup de cœur et de l’impatience pour cette « Climbing Training Collection ».

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Dossiers
  • # Univers Matos
  • News Matos

Tenaya: des nouveautés et un hommage?

22 Juin

Tenaya a dévoilé sa grande nouveauté pour l’année 2018 en présentant le Mastia. Pour faire simple, ce Mastia sera tout simplement le modèle le plus agressif de la marque espagnole!

 

Un tout petit peu de patience pour cette deuxième nouveauté: l’Oasi dans cette version femme!  Alors faut-il y voir un hommage à Josune Bereziartu pour les 15 ans du premier 9a féminin? Réponse en septembre!!

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Live
  • # Univers Matos

Des nouveautés à venir chez Max Climbing!

21 Juin

Max Climbing continue de développer son concept d’agrès d’entrainement qui a su trouver son public depuis plus d’un an. Avec un travail toujours aussi soigné et innovant, 2018 devrait être l’année de la confirmation pour la firme belge Max Climbing!

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Live
  • # Univers Matos

Le géant américain Evolv continue sa marche en avant!

21 Juin

Nous avions testé et beaucoup aimé les modèles Shaman et Agro qui ne souffrent pour l’heure, que d’un manque de distribution en France pour s’imposer parmi les cadors. Deux autres modèles dédiés à la performance vont faire leurs entrées au catalogue pour 2018.

L’Oracle tout d’abord, qui est construit sur une base de Shaman avec beaucoup de cambrure et d’asymétrie. Cette version lacet devrait beaucoup aimer l’Espagne et ses grand devers avec sa construction très souple…

Evolv proposera aussi le modèle X1. Une petite bombe dédiée à l’escalade indoor façon « chaussette ». Cette ballerine  fera la part belle à la souplesse avec une pointe légèrement plus ronde pour une escalade dynamique et intuitive.

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Live
  • # Univers Matos

Outdoor Show 2017, c’est parti !!

17 Juin

Friedrichshafen nous voilà !!!

L’Outdoor Show 2017 ouvre ses portes demain et comme chaque année, Planetgrimpe a fait le déplacement en Allemagne pour vous faire vivre ce salon unique. Toutes les marques se sont déplacées pour présenter leurs nouveautés. Rencontres avec les athlètes, exclu matos, bonnes bières et bonne humeur seront au programme.

Trois jours intenses, à la rencontre des professionnels, que nous allons vous faire vivre au plus près. Alors restez connecté !!

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Live

Test matos: les chaussons Tenaya Iati.

16 Juin

Tenaya Iati ! Vous sentez cette bonne odeur de soleil, de vacances !? Bienvenue en Espagne ou plus précisément, en Catalogne, dans la ville de La Reira, qui a vu naître pour notre plus grand bonheur la marque Tenaya il y a tout juste 20 ans.

Mes premiers souvenirs remontent aux années 2000, époque où une poignée de grimpeurs basques donnent le tournis à la terre entière, avec en tête de file Patxi USOBIAGA, Iker POU, Leire AGUIRRE et Josune BEREZIARTU.

Et puis 2002, « Bain de sang »,  sur les terres suisses de Fred NICOLE, Josune réalise tout simplement le premier 9a féminin à une époque où le 9a n’est pas aussi répandu que les mégots aux pieds des falaises aujourd’hui…

Jozune fait alors la une de tous les journaux et bon nombre d’entre nous vont se poser cette question : « mais c’est quoi ses chaussons ? » « je sais pas, jamais vus !! »

Des Sapiens messieurs-dame, des Sapiens de la marque Tenaya (toujours au catalogue par ailleurs): une arme de précision à l’image des Anasazi lacets, qui n’aura finalement pas le succès mérité, faute sans doute à une distribution toujours compliquée en France.

L’histoire se répète dix ans plus tard avec le jeune prodige Alex MEGOS qui défraye la chronique, mettant en avant, à son tour, la nouvelle arme de Tenaya nommé Oasi.

C’est sur cette (très bonne) base que Tenaya développe sa gamme de chaussons résolument modernes, avec de l’asymétrie, du cambre et en assurant à chaque fois un confort plus qu’exemplaire.

Nous avons testé le modèle Iati  venu très clairement chasser sur le domaine des seigneurs du royaume.

Le premier constat: il est confortable !! Ah oui, aucun doute là-dessus, Tenaya nous propose une fois encore un chausson très agréable à utiliser. Le chausson s’enfile facilement  grâce à une large ouverture et deux tirettes arrières permettant de bien tirer sur le talon.

Le Iati est construit comme une chaussette « façon néoprène » contribuant aussi à cette impression de confort. Les matériaux sont doux et aucune couture ne vient gâcher la fête.

Mais la raison première de ce confort vient de sa forme (et de sa construction). En effet, Tenaya ne propose pas un modèle ultra asymétrique, misant plutôt sur une pointe fine et précise. L’ensemble est finalement peu cambré. Voilà donc des éléments qui peuvent faire la force (ou la faiblesse) du Iati : performant mais pas radical… Le pied est assez peu maltraité et comme tous les chaussons qui font le choix du cuir, le Iati se déforme bien pour augmenter encore le confort. J’insiste sur le fait que le Iati est un chausson « fin » laissant presque 1 centimètre de largeur au niveau des métatarses à ses concurrents directs.

Le système de fermeture mérite que l’on s’y attarde un peu. Le premier contact est étonnant.

« Mais c’est quoi ce système ? »

Tenaya propose un concept assez novateur avec un seul scratch relié à deux sangles réglables. Il faut donc  prendre le temps au début pour trouver la bonne longueur de sangle. Ces deux sangles fonctionnent un peu à la manière d’un mouflage, avec cet aller-retour pas toujours facile à réaliser (par « facile », on entend « rapide » !!). Les sangles en question sont très fines mais très robustes. Les amateurs et « abuseurs » de crochet-pointes peuvent se rassurer, elles sont bien plus costauds que les sangles des Solution par exemple… Par contre, le scratch souffre dans le temps comme chez son aîné l’Oasi. Dommage !

Le talon marche fort et rempli sa mission première en assurant une belle tension de l’ensemble et offre de la force en pointe. Les appuis sur petites prises sont excellents. Par contre, les habitués des talons « coqués », « rembourrés »… devront composer avec sa faible protection.

 

Malheureusement, une petite ombre vient gâcher un peu le tableau. Ce Iati ne vieillit pas très bien. En tout cas, pas aussi bien que ses concurrents. Ce vieillissement ne concerne pas les matériaux mais bel et bien sa construction : Le Iati se spatule avec le temps. Je peux presque vous dire que ce chausson a eu deux vies. Une première vie où tout était beau, une belle idylle. Je l’aimais du soir au matin, acceptant tout, même ses petits défauts. Une première vie où ses qualités m’ont beaucoup plu en falaise. Puis le temps est passé, et vous connaissez la rengaine… Une deuxième vie commence, les défauts deviennent insupportables et l’herbe plus verte chez le voisin… On ne s’est pas quitté pour autant, mais les virées en falaise se sont faites un peu plus rares.

En résumé, ce Iati ressemble beaucoup au modèle Oasi dans les sensations qu’il procure : confort, effet seconde peau, précis.  Légèrement plus asymétrique et souple, il conviendra mieux à une pratique bloc, voies courtes ou déversantes. Neuf, ce chausson peut clairement venir chahuter la hiérarchie en vigueur avec de solides arguments à faire valoir. Moins touche à tout que son grand frère l’Oasi, il reste une bonne alternative en se positionnant en termes de souplesse au niveau d’un Skwama de chez La Sportiva. Un modèle à réserver aux pieds fins et aux petits gabarits (en terme de poids). Il faut aussi avouer que Tenaya rencontre un fort succès chez la gente féminine.

Pour les amateurs de bloc, nous testons en ce moment le petit dernier de la famille : le Mundaka. Le test arrive bientôt.

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Dossiers
  • Test matos

Test matos: les chaussons Scarpa Instinct

24 Mai

Scarpa continue de développer sa gamme de chaussons en respectant une logique établie : une base de chausson déclinée en plusieurs modèles. De cette manière, la firme italienne répond aux attentes multiples et variées des grimpeurs. Voilà donc pourquoi on peut effectivement parler de «  gamme Instinct », avec pas moins de 4 déclinaisons (S, VS, VSR et lacet).

La gamme Instinct n’est jamais présentée comme étant une gamme de chausson « élite » ou « ultra performant » prenant place dans la hiérarchie entre les Vapor et les Booster, Drago et autres Magot.

Pour autant, la réalité de terrain démontre que les Instincts (VS et VSR en tête) sont des armes, plébiscitées dans de nombreux médias et par leurs utilisateurs. Cette réussite s’explique aussi par un ratio performance/polyvalence/accessibilité de tout premier ordre.

Nous avons testé la version lacet qui, de par ce mode de fermeture, se destine à une utilisation en falaise. Ce nouvel attribut place-t-il cette version parmi les « tops » de la catégorie?

Nous avons proposé à Jean-Luc JEUNET de nous donner son avis pour notre plus grand plaisir. Pour les moins de 20 ans qui pourraient penser que Jean-Luc est le réalisateur d’Amelie Poulain, je vous arrête tout de suite !! Jean-Luc JEUNET fait partie de ces grimpeurs (comme Tony LAMICHE, Yann GHESQUIERS, Liv SANSOZ…) qui nous ont fait rêver dans les années 2000 en trustant toutes les pages de Grimper Magazine de leurs exploits en falaise.

Revenons à nos moutons !

Dans la forme et la construction, nous sommes face à un Instinct VS (ou VSR) avec quelques changements. Scarpa a fait en sorte d’assurer un maximum de maintien avec comme double objectif :

  • Eviter que le pied ne bouge dans le chausson
  • Eviter que le chausson vrille lors des appuis sur petites prises en carre interne ou externe.

Je m’explique : si vous prenez une babouche ou une paire de tong et que vous essayez de marcher sur un pan très incliné, il y a toutes les chances du monde que vous perdiez l’équilibre. Vos pieds vont glisser pour retrouver l’horizontalité mais pas vos tongs… Allez allez, vous connaissez ce phénomène! Surtout quand il fait chaud et que l’on transpire…

Deuxième phénomène constaté : la vrille. Un « mauvais chausson » ou pour être plus clair, la fameuse babouche d’Aladin, va se vriller lors des appuis sur petites prises en carre externe ou interne. La pointe et l’arrière vont se désolidariser pour ne plus être alignés. Et ça, les amoureux de la précision, les artistes de la pose de pieds, les rois de la dalle, ils détestent.

C’est pour ces deux raisons que nos constructeurs travaillent sur des structures type Bi-tension sur cet Instinct pour assurer une meilleure transmission des forces lors des appuis. Et voilà pourquoi on préconise des chaussons à lacets afin de garantir un serrage minutieux (voir micrométrique diront certains) pour une utilisation en falaise car c’est bien là que l’on rencontre le plus souvent des prises de pied toutes, toutes, toutes petites…

Bon il faut admettre que la majorité des grimpeurs (y compris les forts) ne se pose pas autant de questions.

Mais revenons à nos moutons !!

Donc finit l’unique scratch et place à des lacets efficaces et qui descendent plutôt bas. L’enrobage sur le dessus de la pointe s’inspire de la version S de la gamme Instinct. La surface protégée est moins grande que sur les VS mais elle permet à la pointe de ne pas se déformer. En effet la bande de gomme part de la pointe pour venir s’insérer de chaque côté des orteils pour agir tel un tendeur.

Enfin, il faut noter aussi la présence de TPU (bande de plastique) sur les côtés du chausson pour qu’il ne se détende presque pas et l’utilisation logique de la gomme Vibram XS Edge.

Sur le terrain, on retrouve toutes les qualités qui font la réussite de cette gamme Instinct. Une précision redoutable dans un confort et une polyvalence qui font mouche. Le chausson est léger et distille de bonnes sensations. Le talon ne souffre d’aucun reproche.

Que doit-on en penser ?

Que c’est une réussite forcément ! Oui, et on ne se faisait pas trop de soucis à ce sujet. Mais que doit-on en penser face à ses cousins de la même gamme ?

L’apport d’un système de fermeture à lacet apporte de la technicité à ce chausson sans créer un vrai décalage avec les autres modèles de la gamme.  En tout cas, ce décalage ne sera pas perceptible par le commun des mortels… Si vous êtes un fan des Instincts VS, alors cette version lacet peut devenir une option intéressante pour une utilisation « falaise ».  Les lacets seront aussi un allié de choix pour ceux qui ont les pieds très fins et qui avaient du mal à remplir les VS/VSR par exemple.

La boucle est donc bouclée pour cette gamme Instinct. L’avis de Jean Luc JEUNET en guise de conclusion:

Ce nouvel Instinct lacet est toujours un chausson axé sur la polyvalence en falaise et en bloc (et pourrait même devenir un très bon chausson de grande voie). C’est évidemment un rajeunissement du modèle précédent avec un nouveau look noir/ orange sympa.

Le programme de ce chausson est toujours de combiner confort et précision. Effectivement très précis en petites prises, le laçage permet de régler un excellent maintient du pied: on évite ainsi l’effet de torsion du chausson en chargeant des petits pieds en carre interne ou externe.

Au départ on a une sensation désagréable de ne pas avoir le pied qui remplit complètement les volumes du chausson. Cette sensation disparaît rapidement en 2 à 3 séances pour avoir un chaussant des plus parfaits. On ne prendra pas trop petit, une taille en dessous de la taille ville est suffisant.

Le talon est très enrobant et performant en crochetage.

Avec sa forme asymétrique et sa pointe légèrement plongeante, combinées au  » Bi Tension System  » du constructeur, on a un touché de rocher agréable et performant. On arrivera aussi bien à profiter de toute son allonge en poussant sur un petit pied que de profiter du « griffé » en dévers.

Malheureusement, je regrette  tout de même que le laçage ne vienne pas suffisamment bas sur les orteils pour pouvoir régler au mieux le chausson à son pied… d’ailleurs c’est un modèle préférable pour les pieds plutôt larges.

Pas d’innovations marquantes avec cet Instinct donc, mais c’est  évidemment une valeur sûre pour les falaisistes.

Jean-Luc JEUNET

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Dossiers
  • # Univers Matos
  • News Matos
  • Test matos

Test matos: les chaussons Evolv Agro

18 Avr

Chose promise, chose due !!

Arrivés dans nos bureaux durant les dernières fêtes de Noël, les nouveaux chaussons Evolv  nommés Agro ont été passés à la moulinette pour votre plus grand plaisir (enfin, surtout le nôtre…).

Je me souviens parfaitement de cette scène. Nous avions presque oublié que nous étions en attente du modèle Agro depuis le printemps 2016 !! Du coup, la surprise fût encore plus belle lors de l’ouverture du carton.

« Magnifique non ? »   

 « Une tuerie tu veux dire !! »

Ah oui, nous sommes véritablement  tombés sous le charme de cet Agro. Il ne ressemble à aucun autre chausson.

Les matériaux utilisés, les couleurs, tout nous a plu. Bon j’arrête là, je sais, ce ne sont que des chaussons… Mais il fallait que ça sorte !!

Les premières impressions sont très positives. On rentre très facilement son pied grâce à une large ouverture et on verrouille le tout à l’aide d’un seul scratch très bien pensé. En effet, la sangle est réglable pour ajuster parfaitement l’ensemble et pour avoir la zone de scratch bien positionnée. Ne tournons pas autour du pot, nous sommes face à un système qui ressemble furieusement à celui utilisé sur le modèle Solution de La Sportiva, mais avec une sangle réglable en longueur et plus solide.

 

Le pied trouve vite sa place sans aucun point douloureux et on sent tout de suite que, malgré une asymétrie très marquée et une grosse cambrure générale, on sera bien dans ce chausson et vite.

Ce chausson, c’est une arme pour le bloc : LE chausson du bloqueur. Mais attention, du bloqueur qui pratique déjà bien l’escalade… Ce chausson n’est pas à mettre entre tous les pieds. Il reste un modèle dédié au haut niveau.

Comme annoncé précédemment, cet Agro est très asymétrique et propose une pointe plongeante qui en dit long sur son niveau de performance. Couplé à un talon (au volume généreux) qui pousse fort et à un système de tension qui fait le lien entre le talon et la pointe pour augmenter la force en poussée, cette pointe est un vrai must en bloc.

 

Il faut un petit temps d’adaptation pour se faire au 4mm de l’excellente gomme Trax qui donne une sensation étrange au début type « sabot de bois ». Mais je vous rassure, les Agro sont tout sauf les sabots de Bécassine!  Très efficace en devers grâce à son griffé, il est aussi très à l’aise sur petites prises. On prend vite confiance en ses pieds.

Enfin, cerise sur le gâteau, la contre pointe est spectaculaire !! On a presque l’impression que le chausson est fait uniquement de gomme. De tous les modèles de chaussons que nous avons testés, c’est la contre pointe qui recouvre et protège le mieux le dessus des orteils, avec cette large bande de gomme qui remonte très haut. Ultra efficace !

 

Malgré tout, il vous faudra veiller à bien remplir le chausson. Les pieds très fins devraient se perdre un peu. Le talon est profond et le serrage ne permet pas d’ajuster le volume en pointe. Le défaut de ses qualités…

Cet Agro se place d’entrée de jeu dans le top des chaussons de bloc (ou de gros devers…). Il perd un peu de terrain en précision pure face à un Scarpa Instinct VS (ou VSR) par exemple mais il propose en contrepartie plus de sensations à l’image d’un La Sportiva Skwama dont il devient un concurrent direct.

A noter aussi, que cet Agro a bien vieilli durant ces 4 mois de test. Les 4mm de gomme vous laissent de quoi voir venir et la structure du chausson ne s’est pas déformée et a conservé sa cambrure.

Nous avions beaucoup aimé le Shaman et son ratio accessibilité/performance. Avec cet Agro, Evolv prouve qu’il sait se mettre au niveau de ce qui se fait de mieux en termes de performance. Un chausson magnifique avec lequel on a pris beaucoup de plaisir. Il faut juste maintenant espérer qu’Evolv soit capable de mieux distribuer son nouveau joujou. Le belle histoire américaine continue et le test en cours du pro-modèle Ashima laisse présager de bonnes choses, de très bonnes choses…

 

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers Matos
  • News Matos
  • Test matos

Test matos: les chaussures 5.10 Access

14 Avr

5.10 Access : « Aller n’importe où et faire n’importe quoi », voilà ce que nous promet 5.10 avec ces chaussures.
Bien connu des grimpeurs pour être un fabricant de chaussons, le géant américain est aussi (et surtout !!) un fabricant de chaussures de VTT et de rando/marche d’approche…
5.10 (prononcez Five Ten) s’appuie depuis de longues années sur une recette dont les ingrédients de base sont simples : une gomme fantastique, confort et robustesse, et une stabilité hors du commun.

 

L’Access est une chaussure de marche d’approche légère (670 g. la paire). Elle se situerait même entre la chaussure de marche d’approche classique et la chaussure de trail. Pour les habitués de la gamme Guide (Guide Tennie pour le standard actuel), vous trouverez avec cette Access une chaussure très souple, plus confortable et légère, très appréciable au quotidien.
L’Access existe en 2 versions pour des programmes légèrement différents. Une version Mesh pour l’été, les zones chaudes et sèches et une version cuir pour affronter l’hiver, le froid mais pas l’eau (peu étanche en raison des trous d’aération sur le dessus).
La version cuir est certes plus chaude mais présente aussi l’avantage d’être très résistante. La version Mesh montrera des faiblesses plus rapidement surtout sur des terrains difficiles ou chez ceux qui aiment les opérations « sanglier » à travers les ronces…

 

Pour cette chaussure, 5.10 a utilisé sa gomme Stealth S1. Habituellement utilisée pour les chaussures de VTT, cette gomme garantie une excellente accroche et une bonne durabilité : le must !

Une fois le pied glissé à l’intérieur, on s’aperçoit que 5.10 a prévu beaucoup de place pour les orteils. Les pieds très fins auront sûrement du mal à profiter des qualités de cette Access malgré un système de laçage efficace. Mais pour les autres, c’est très agréable, surtout après une bonne journée d’escalade avec les pieds proches de la fusion…
L’Access est très stable avec une rigidité en torsion excellente et une semelle élargie au talon pour éviter les torsions de cheville intempestives. Cet élargissement provoque un look assez curieux à la chaussure. Pour faire le sanglier dans les ronces, on s’en moque non ?! Oui, mais pour aller au bal ??
5.10 a également opté pour une semelle intermédiaire en EVA, ce qui nous permettra de courir ou sauter sans trop ressentir les chocs.

 

Conclusion : Vous pourrez donc bien aller n’ importe où et faire n’importe quoi avec cette Access. Five Ten propose une chaussure d’excellente qualité que vous pourrez emmener randonner, trottiner ou grimpouiller sur tous les terrains exceptées la neige et les soirées avec tenue correcte exigée !

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • News Matos
  • Test matos

Test matos: les chaussons Scarpa Vapor V

28 Mar

Scarpa possède une gamme très complète de chaussons d’escalade. Du modèle débutant (ou « entrée de gamme ») aux chaussons ultra-spécifiques comme le Drago, il y en a pour tous les goûts, toutes les pratiques et presque toutes les bourses.

Le Vapor V s’impose  comme le véritable trait d’union dans cette gamme, à la frontière entre les chaussons adaptés au grimpeurs novices ou « débrouillés » (Force X, Techno X, Velocity ou Origin)  et les chaussons performants représentés par la gamme Instinct, Booster…

L’ultra performant, Scarpa sait le faire, mais forcement,  on tombe de fait sur des produits très spécifiques comme le Drago, le Mago ou très récemment le Chimera.

Seule la gamme Instinct échappe un peu à la règle avec un ratio performance/polyvalence très intéressant.

Ce nouveau Vapor V s’inspire donc de la même recette que cette gamme Instinct et Scarpa annonce la couleur: « le nouveau Vapor V sait tout faire!  » 

 

Une asymétrie peut prononcée :

En effet, le Vapor V s’appuie sur une pointe fine et légèrement plongeante. De ce fait, Scarpa s’adresse à tout le monde et à tous les pieds en éliminant les contraintes liées à l’asymétrie.

Mais attention, cette « absence » d’asymétrie ne veut pas dire que le chausson n’est pas précis. Très fine et légèrement plongeante donc, la pointe est aussi rigide à souhait, procurant au Vapor une précision redoutable sur petites prises. Cette précision est aussi due à la gomme Vibram XS Edge qui est une gomme plutôt rigide et qui ne se déforme pas quand on charge une micro-prise.  On est vraiment bluffé par les performances !!

Léger, près du pied, ce Vapor s’est montré tonique sur les appuis avec une poussée franche bien connue chez Scarpa.

 

Une construction moderne :

Scarpa s’appuie sur une nouvelle construction qui permet au chausson de ne pas se « désolidariser » lors de la poussée car la pointe et le talon sont reliés par une fine tige. Pour faire simple, plus on charge la pointe, plus le talon pousse… Ce système nommé BI-TENSION permet aussi au Vapor de conserver sa forme dans le temps pour ne pas finir avec la forme de la babouche d’Aladin….

Scarpa a jugé bon de mettre un bel enrobage sur la pointe. La durée de vie s’en trouve prolongée, le confort augmenté et les performances améliorées pour une utilisation plus en adéquation avec la pratique moderne (bloc, salle et falaise).

Le talon a été assagi par rapport à l’ancienne version mais reste une belle réussite. Très confortable, il pousse correctement et met en confiance immédiatement.

 

A noter que ce Vapor V se détend peu, du fait d’une construction basée sur des matériaux synthétiques. Attention lors de votre achat à ne pas les prendre trop petits en espérant qu’ils se détendent…

Pour qui ?

Pour presque tout le monde finalement !!

Plus sérieusement, ce chausson sera parfait pour accompagner un grimpeur débrouillé. Vous débutiez, vous vous étiez achetez un chausson d’entrée de gamme pour commencer et vous souhaitez investir dans un chausson qui vous aidera à progresser ? Alors ce Vapor V est fait pour vous ! Ah non !! Je vous vois sourire… Il ne vous rendra pas plus fort, mais oui, il vous aidera à améliorer votre technique de pied en vous obligeant finalement à mieux grimper.

Sa grande force, vous l’aurez compris, est cette alchimie entre des performances de bon niveau et sa forme presque « tout public »

Pour les grimpeurs confirmés, si vous cherchez une paire unique, un chausson capable de vous accompagner partout, signez en bas à droite… Après, forcément, des chaussons plus spécifiques (pour le bloc surtout) feront la différence en terme de performance pure.

Autre cas de figure, ce Vapor V pourrait bien devenir un parfait compagnon de grandes voies, même dures et techniques… A noter qu’une version à lacets (légèrement plus rigide) est aussi disponible pour un maintien encore plus précis.

Fan absolu des Instinct VS ou VSR, j’ai été, pour ma part, bluffé par ce Vapor V !

Amandine LOURY, membre de la team PG Falaise, nous donne son avis:

Dès la réception des Vapor V Wmn, ils plaisent, le look est sympa.

Il ne reste plus qu’à mettre le pied dedans. Faciles à enfiler avec à une large ouverture et un talon qui ne revient pas trop vers l’avant, ils semblent rapidement confortables. Mais dès qu’il s’agit de pousser sur un pied, le mal de pied se fait déjà un peu plus ressentir. La gomme sur le dessus du chausson ainsi que la structure sous la malléole paraissent raides. Mais pas d’inquiétudes, après quelques séances, ils s’assouplissent et deviennent super confortables, en plus d’avoir de bonnes sensations sous les pieds. Le serrage par velcros inversés permet de bien ajuster le chausson à son pied. 1 pointure ou 1 pointure et demie en dessous de sa pointure de ville suffit car ils se détendent peu.

Concernant la précision, la pointe assez fine associée à la gomme XS edge, permet de charger de petites prises avec efficacité et de se dresser au maximum sur les petits pieds. Les vapor V restent super polyvalents et les adhérences de pied ne sont pas un calvaire comme cela peut l’être avec des chaussons très rigides. Le talon, confortable, est efficace grâce à un bon maintien. Petit touche supplémentaire sur ce modèle de Vapor, la gomme sur le dessus du chausson pour permettre les contres pointes.

Tout est donc réuni pour avoir un chausson polyvalent et performant sur tout type de supports, bloc, voies, indoor, outdoor. Mais là où le Vapor V excelle le plus, c’est dans les voies en falaise et les voies sur sae avec un bon compromis entre rigidité et souplesse permettant de charger tout type de prises de pied. En bloc en salle, ils manquent un peu de souplesse pour valoriser au maximum les appuis à plat sur les volumes qui sont très à la mode actuellement.

En résumé, ce chausson est destiné à tout grimpeur en recherche de polyvalence et de confort, notamment en falaise.

 

 

 

 

 

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • News Matos
  • Non classé
  • Test matos

Qui grimpe ? Rencontre avec Claire, créatrice de l’appli qui réunit!!

17 Mar

Claire est à l’origine de la future appli qui agite notre petit monde de l’escalade: Qui grimpe?

Elle a besoin de nous, de vous pour boucler son projet !! Un appel aux dons qui nous permet aussi de vous faire découvrir le petit monde de Claire.

 

Alors qui es-tu Claire?

Je suis Claire SAULIERE, je vis en Corrèze, j’ai 40 ans et je suis maman de 2 pré-ados. Je suis aussi salariée comme conseillère en création d’entreprise. Je grimpe depuis l’âge de 8 ans donc depuis 32 ans et depuis octobre dernier : je suis aussi start-up-peuse !

Comment t’est venue cette idée de projet?

En escalade, il faut être 2 pour grimper, c’est un besoin incompressible. Ma partenaire habituelle s’est désistée le lundi de Pentecôte dernier et j’ai cherché à la remplacer. Il faisait beau, j’étais disponible, équipée et véhiculée… mais sans partenaire.

Ni le tél, ni les SMS, ni Facebook, ni Internet ne m’ont aidé. Pourtant à quelques kilomètres, des grimpeurs étaient eux aussi disponibles pour sortir en falaises.

C’est pour répondre à ce besoin très courant et très concret que j’ai réfléchi à Qui Grimpe ?

Depuis combien de temps travailles-tu sur le projet?

L’idée est apparue le 16 mai 2016, j’ai conçu, challengé, validé, modifié, chiffré le projet cet été. L’entreprise a été créée en octobre 2016.

Quand est-ce que l’appli sera opérationnelle?

L’application sera sur AppStore et Google Play le 1er avril prochain, au début de la belle saison, pour faciliter la vie des grimpeurs dès le printemps.

A qui s’adresse Qui Grimpe ?

L’appli Qui Grimpe ? s’adresse à tous les grimpeurs qui cherchent à sortir en falaise ou en bloc, à l’extérieur donc. L’appli Qui Grimpe ? est à destination des grimpeurs initiés ou experts, qui cherchent un partenaire pour aller grimper près de chez eux, en vacances, en déplacement professionnel ou en visite dans la famille. Les beaux jours arrivent, ça va être le moment pour le million de grimpeurs français d’utiliser Qui Grimpe ? !

Quel est le business model?

Le business model retenu est de vendre un abonnement annuel de 4,99€ par an !

Un prix modique, moins cher qu’un mousqueton, pour que tout le monde puisse avoir accès à Qui Grimpe ?, pour grimper plus facilement et plus souvent.

L’appli Qui Grimpe ? sera gratuite à télécharger et l’abonnement sera requis pour rentrer en contact avec des partenaires. Cela permet d’avoir des vrais utilisateurs dans l’appli, pour obtenir de vrais partenaires.

L’appli Qui Grimpe ? sortira le 1er avril 2017, sous Android et Apple.

De quoi as-tu encore besoins?

J’ai besoin de boucler le financement du projet, aujourd’hui financé à 90%. C’est un projet à 85 000€, j’ai réussi à réunir 78 000€ avec une subvention de la Région Nouvelle Aquitaine, un prêt d’honneur et un prêt bancaire.

Je suis donc en pleine campagne de crowdfunding sur FOSBURIT, la plateforme dédiée aux projets sportifs.

Le principe : chacun contribue, à partir de 10€ à la campagne Qui Grimpe ? pour réunir la somme attendue. C’est une campagne « tout ou rien », il est donc important que les grimpeurs se mobilisent, chacun à son niveau, pour boucler le financement de Qui Grimpe ? et assurer une sortie de l’application au 1er avril dans de bonnes conditions.

Pour remercier les contributeurs, j’offre des contreparties à chaque don réalisé. Plus on contribue, plus les cadeaux sont importants. Les contributeurs/grimpeurs deviennent co-constructeurs de l’appli,  ils seront présents dans l’appli dès le 1er jour, avec un profil spécial, les mettant en avant comme contributeurs spéciaux.

Quelles ont été les difficultés les plus dures à surmonter?

2 difficultés majeures :

  • La 1ère: chiffrer le projet. Quand j’ai commencé à chercher des devis, j’ai eu des grandes disparités de prix. Cette appli pouvait coûter entre 5000 € et 80 000 €. J’ai donc dû trouver les bons interlocuteurs, dotés des bonnes compétences et au « bon » tarif.
  • La 2ème: financer le projet. Cette idée m’étant tombée dessus, je n’avais que très peu d’apport personnel à mettre sur le projet. J’ai répondu à un appel à projet Prototype Numérique de la Région Nouvelle Aquitaine, qui m’a octroyé 30 500€. C’était un immense soulagement. Il a donc fallu ensuite convaincre les banques (avec un projet escalade et appli c’était pas gagné !) et une structure de prêt d’honneur. Le reste sera financé grâce à la campagne sur FOSBURIT.

Les retours sont-ils positifs?

Actuellement, je teste la version alpha, je fais des démonstrations (voir Qui Grimpe ? sur Facebook) et oui, les 1ers retours sont très positifs. L’appli parait intuitive, simple, fonctionnelle et efficace selon les premiers (veinards) testeurs.

 

Tu as démarré une campagne de crowdfunding (qui se finit lundi 20 mars), la recherche de fond est-elle à la hauteur de tes espérance?

Au 9 mars, la campagne a atteint 31%, donc il en reste encore à aller chercher et j’espère que la communauté des grimpeurs va se mobiliser sur ces derniers jours, pour que cette appli puisse se construire avec les grimpeurs.

Un peu de légèreté : 

Qui grimpe?  appli 100% made in Limousin !! Mais on grimpe où dans le Limousin ??

C’est vrai que le Limousin est un peu loin des montagnes… (mais j’ai appris à grimper en Picardie… alors tout est possible !) il n’empêche que nous avons quelques belles falaises : des orgues basaltiques au nord-est de la Corrèze ou de belles falaises calcaires près de Brive, à la limite Lot et Dordogne. Il y a même un spot à 15 minutes du bureau, entre Tulle et Brive, idéal le soir pour grimper à la fraîche à la débauche 😊.

On dit souvent que les salles d’escalade deviennent, de façon naturelles, aussi des lieux de rencontres… Qui grimpe ? va devenir le futur Tinder de l’escalade ?

L’appli est conçue pour se faire rencontrer des partenaires de grimpe, avant tout. Si grâce à Qui Grimpe ?, il peut y avoir plus que de l’escalade, pourquoi pas. Je serais heureuse d’offrir un abonnement à vie aux parents du premier bébé 100% Qui Grimpe ? ! On en reparle dans quelques mois ?

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG

ISPO 2017: les nouveautés Petzl.

15 Fév

Parmi les nombreuses nouveautés présentes sur le stand Petzl, nous avons choisi de vous présenter deux produits: le casque Sirocco et l’amarrage amovible Coeur Pulse.

Le Sirroco, casque ultra-léger, se voit donc modifié après deux ans d’existence. Petzl a abandonné sa construction monobloc en polypropylène (EPP) pour une structure hybride avec l’apparition d’une zone en polystyrène « classique » sur le dessus du casque, protégée par une coque plastique. Explications et détails seront à l’ordre du jour d’un test à venir.

Sachez que cette nouvelle construction a permis à Petzl de modifier la forme de son casque. Un choix esthétique qui n’est pas sans nous déplaire… Disponible en deux couleurs, ce casque saura, on n’en doute plus, trouver son public grâce à ce restylage. Nous, on a craqué sur sa version noire!! Une très belle nouveauté à 170 grammes. 

Il se murmure aussi que ce nouveau Sirocco pourrait espérer répondre aux futures normes de ski alpinisme…

 

Petzl présente aussi un concept novateur avec son Coeur Pulse. Cette plaquette est équipée d’un goujon de 12 mm amovible par le biais d’une molette (bague noire) que l’on visse pour verrouiller celui-ci. Une fois le travail fini ou le point suivant installé, il suffit de dévisser la bague noire pour récupérer l’ensemble plaquette/goujon.

 

Une nouveauté qui va plaire aux adeptes de l’artif et aux équipeurs de falaises.

A noter qu’une version en 8 mm nommée Coeur, et présentée comme un arrimage provisoire (plutôt destiné à la spéléo) sera aussi au catalogue.

 

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • News Matos