Le contenu

Author Archives: Nicolas Mattuzzi

Finales du CWIF: tout ce qu’il faut retenir !

19 Mar

Hier soir se clôturait un week-end chargé à Sheffield, en Angleterre. D’abord de grosses qualifications, qui réunissaient plus de 400 grimpeurs, venus de 25 pays différents, puis des demi-finales, très difficiles, pour les 20 meilleurs hommes et femmes. Et enfin des finales qui auront tenu en haleine le public jusque dans les derniers moments de la compétition.

Oui, le CWIF c’est bien l’un des plus gros rassemblements de l’année. Et en onze saisons, le niveau n’avait jamais été aussi élevé que cette année.

Voici les points qu’il ne fallait surtout pas louper des finales d’hier soir !

 

  • Victoire française sur le CWIF ! Hé oui, c’est bien une française qui est montée sur la première marche du podium hier soir. Mélissa Le Nevé confirme sa forme (monumentale) du moment. La jeune retraitée des compétitions a tout de même fait le déplacement jusqu’à Sheffield, histoire de rappeler à tout le monde que même si elle ne serait plus sur le circuit des coupes du monde, elle serait toujours présente au plus haut-niveau !
  • 3/3. C’est le score qui a permis à Mélissa Le Nevé de l’emporter. Elle sera d’ailleurs la seule grimpeuse à réaliser autant de blocs, et la seule de toutes les finalistes à enchaîner le dernier bloc (qui plus est, à vue !)
  • À deux doigts de participer à la compétition ! Alex Megos n’était pas sûr de prendre part à cette compétition en arrivant en Angleterre, suite à une blessure récalcitrante au doigt. Mais n’ayant pu résister à la tentation, il décrochait son ticket pour les finales. Et bien lui en a pris puisque c’est finalement lui qui remporte cette onzième édition chez les hommes ! 
  • Une grande première ! C’est la première fois en effet qu’un même athlète remporte deux fois le CWIF. Alex Megos a donc réussi cet exploit, lui qui était déjà victorieux en 2015.
  • 2/24. 24, c’est le nombre de tops maximums que pouvaient connaître les finales masculines, si chaque grimpeur sortait tous les blocs. 2 c’est finalement le nombre de tops qu’il y aura eu chez les hommes. Jongwon Chon, au sommet du deuxième bloc en 4 essais et Alex Megos, qui validera le troisième bloc en dalle en 2 essais.
  • Premiers, premiers, puis deuxièmes… Jongwon Chon et Petra Klingler ont bien failli réaliser ce qui n’avait encore jamais été fait au CWIF. Tous les deux premiers en qualifications, ils reprenaient exactement ces mêmes places lors des demi-finales. Ils passent non loin du week-end parfait, mais finiront tous deux sur la seconde marche du podium.
  • Les doigts sur la dernière prise ! Quelques millimètres. Voilà ce qu’il a manqué au coréen Jongwon Chon pour toper le premier bloc des finales. Il chutera à plusieurs reprises sur la toute dernière prise du bloc, après un triple mouvement dynamique.
  • 191 ! C’est le nombre total d’essais dans ces finales. Les femmes auront mis en tout 62 essais dans les quatre blocs, quand les hommes en auront mis plus du double: 129.
  • 6 médailles, 6 nations ! Les six grimpeurs qui montent sur le podium viennent de six pays différents ! Une grande diversité durant ces finales, qui marque le côté international de cette compétition, qui définitivement, est la soeur jumelle d’une coupe du monde en matière de spectacle.

Les résultats complets:

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers compétition

CWIF 2017: résultats des qualifications !

18 Mar

Très grosse journée de qualification hier pour la 11ème édition du Climbing Works International Festival, la première compétition de bloc internationale de la saison.

L’occasion pour les meilleurs grimpeurs du monde de venir tester son niveau à quelques jours du lancement officiel des coupes du monde 2017.

L’occasion également de réunir près de 400 grimpeurs, le temps d’un week-end, venant de plus de 25 pays différents. Tous s’étaient donnés rendez-vous à Sheffield hier, pour se départager à travers les 30 blocs de qualification. Pour cela, chacun disposait de 3 heures au total, avec un maximum de 3 essais par bloc.

Chez les hommes, c’est Jongwon Chon qui met tout le monde d’accord, dès les qualifications. Il s’empare de la tête du classement, en étant le seul grimpeur parmi les centaines d’autres à enchaîner les 30 blocs du circuit. Très grosse performance pour le coréen donc !
Derrière lui, le local Aidan Roberts fait sensation, membre de l’équipe nationale de Grande-Bretagne. Le jeune grimpeur s’adjuge la 2ème place des qualifications devant les deux allemands Jan Hojer et Alex Megos, qui pour l’anecdote, ne devait d’ailleurs pas grimper suite à une blessure au doigt, mais qui n’aura pas résisté longtemps à la tentation des qualifications!)

Le français qui nous représentera demain en demi-finales (et plus si affinités), c’est Manu Cornu. Ce dernier rentre dans le top 10 avec une belle 9ème place hier.

Enfin, d’autres cadors seront de la partie, comme Sean McColl, Rustam Gelmanov, Jernej Kruder, Gabriele Moroni et bien d’autres !

 

Chez les femmes, large domination de la suissesse Petra Klingler. La championne du monde de bloc s’impose comme la meilleure grimpeuse des qualifications. Elle réalise exactement la même prestation que l’an dernier. Une bonne entrée en matière donc, mais attention tout de même aux autres grimpeuses… Et notamment à Michaela Tracy, la grimpeuse britannique qui prenait la seconde place hier. 
Juliane Wurm n’a rien perdu de sa maîtrise des compétitions. Voici l’allemande de retour aux affaires avec une belle troisième place au provisoire.

Et tout comme Manu chez les hommes, nous aurons aussi le droit à une française chez les femmes ! Et quelle française ?! Mélissa Le Nevé, qui nous offrait le premier 8B+ féminin français il y a quelques jours, a vite sauté dans l’avion pour rejoindre Sheffield, et prendre la 7ème place des qualifications.

Le top 20:

+ Les résultats complet hommes et femmes

La suite de la compétition aujourd’hui, avec les demi-finales à suivre en live à partir de 13h, avant les grandes finales qui se dérouleront dès 19h00…

  • Le résumé en images des qualifications:

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers compétition

Interview du nouveau Champion de France de bloc, Alban Levier

18 Mar

Salut Alban ! Tu viens de remporter ton premier titre national chez les seniors. Quel goût a cette victoire ?

Salut ! Cette victoire un goût très spécial. Après deux années où je finissais 2ème, je savoure enfin un objectif tant attendu. Je dirai que ça a un coup de hors-d’œuvre : j’attends la suite avec impatience !

 D’une manière générale, comment as-tu vécu l’ensemble du week-end ?

J’ai pris cet événement avec plus de recul que les années précédentes. Je voulais m’amuser et vivre ce week-end à fond, sans comparaison, sans doute et sans regret. Je pense que ce sont ces petites choses qui ont changé beaucoup de détails à ma grimpe.

À la lecture des blocs, avais-tu déjà senti que les finales allaient être très serrées ?

Je me suis bien dit que les blocs proposés pouvaient convenir à l’ensemble des finalistes et en effet la bataille a été rude. D’ailleurs un grand bravo aux copains !

Car en effet, le suspens était au maximum jusqu’aux dernières secondes des finales ! Comment l’as-tu géré mentalement ?

Pour une fois j’ai grimpé pour « faire les blocs » et par pour « ne pas tomber ».  Du coup j’avançais bloc après bloc sans chercher à contrôler ce que je ne pouvais pas contrôler. Un vieil homme m’a dit « c’est à la fin de la foire que l’on compte les bouses ! »

 À l’approche du dernier bloc, tu semblais extrêmement déterminé, comme si tu « savais » que tu allais enchaîner le bloc… Peux-tu nous en dire plus ?

Je suis même sûrement parti trop déterminé dans le dernier bloc en voulant envoyer les deux mains d’un coup au départ  🙂 

En général j’aime bien ce genre de bloc qui demande beaucoup d’efforts sur les triceps. Ça m’a aidé à rester dedans je pense.

Comme pas mal de compétiteurs j’ai aussi tendance à calculer, vouloir anticiper la suite…  Lors de ces finales, j’ai été joueur, en restant dans le présent, sans penser aux conséquences ou autres. C’était vraiment agréable.

Tu fais partie des meilleurs français depuis quelques années maintenant. Mais selon toi, qu’est-ce qui a fait que cette année, c’était la bonne pour le titre national ?

Je dirai que ça résume un peu les différents petits détails abordés au-dessus : c’est l’état d’esprit. J’ai vécu l’événement en profitant de chaque détail. Je corrigeais mes erreurs sans perdre mes moyens et je pensais positif sans chercher la perfection. Je l’ai déjà beaucoup trop fait, et ça ne marche pas ! Tout le monde sait que les circuits sont tous différents et qu’il faut en permanence s’adapter à de nouveaux défis. Du coup, cette année, j’ai peut-être réussi à trouver un bon compromis entre « Contrôler » et « S’amuser ».

 Maintenant sélectionné en équipe de France, quels sont tes objectifs à l’international ?

En termes de résultats, j’espère évidemment monter sur un maximum de podiums et viser une bonne place au classement général des coupes du Monde.

Mais je souhaite par-dessus tout réussir à me laisser grimper avec plus de feeling que l’an passé…

Voir l'article 1 Reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • Interviews

La première compétition internationale de bloc, c’est ce week-end avec le CWIF !

18 Mar

Comme chaque année depuis maintenant 11 ans, le CWIF marque l’ouverture de la saison internationale de bloc. Pourquoi ? Car cette compétition, qui se déroule à Sheffield, à quelques kilomètres de Manchester, attire plus de 400 compétiteurs chaque année, venant d’une vingtaine de pays différents. Parmi tout ce beau monde, des stars internationales, que vous connaissez sûrement: Manu Cornu, Jongwon Chon, Jernej Kruder, Petra Klingler…

Chaque année, le spectacle proposé par le CWIF augmente et semble atteindre une limite… Qui est dépassée l’année suivante !

Des amateurs, des champions du monde, des vainqueurs de coupe du monde, mais aussi des bloqueurs d’extérieur, comme Jimmy Webb, Pete Whittakerou Jan Hojer, qui défieront des grimpeurs comme Sean McColl, Rustam Gelmanov ou encore Jorg Verhoeven.

Malheureusement, Shauna Coxsey, détentrice du titre, ne participera pas cette saison. Ayant été victime d’une blessure à l’épaule il y a quelques mois, elle préfère faire l’impasse sur cette compétition pour être 100% prête pour la première coupe du monde de bloc de l’année, qui se tiendra en Suisse au mois d’avril.

Mais rassurez-vous, la britannique a tout de même ajouté son petit grain de folie à la compétition en aidant les ouvreurs à caler les blocs. Justement, l’équipe d’ouvreurs relève du très haut-niveau: la qualité des blocs proposés sera garantie par trois ouvreurs internationaux de l’IFSC, Percy Bisthon, Jamie Cassidy et Manu Hassler.

La compétition commence dès aujourd’hui, avec les qualifications. 30 blocs ouverts à toutes et tous, avec une difficulté croissante au fil des blocs. Le but ? En enchaîner le plus possible !

À l’issue des qualifications, les 20 meilleurs hommes et femmes se retrouveront en demi-finales, dimanche, à partir de 13h00 (heures françaises).
Enfin, les finales auront lieu pour les 6 meilleurs le même jour, dès 19h10.

  • Et pour ne rien louper du spectacle, la journée du dimanche sera à suivre en intégralité grâce au live !

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers compétition

Il enchaîne une grande voie en 8c… en solo !

17 Mar

Qu’ils sont fous ces allemands ! Fabian Buhl, 26 ans, vient d’annoncer une très grosse performance. Il vient de réaliser la première ascension de « Ganesha », une grande voie autrichienne cotée 8c, qu’il a réalisé en solo-encordé.

La voie de 200 mètres, qui compte six longueurs, ne possède que quatre spits… L’allemand a donc dû se créer un propre système d’auto-assurage spécifique, à base de Grigri et autres mousquetons. Durant l’hiver, il fabriqua et expérimenta ce système, qui paraissait concluant.

Un beau matin, 04h00, le voici parti. Fabian Buhl s’élançait seul, pour quatre jours en paroi. Juste lui et le rocher. C’est cela qu’il était venu chercher.

Sa progression était lente, son arsenal complexe et les manipulations longues. Après avoir buté plusieurs fois sur le crux de cette grande voie, accompagné de chutes allant jusqu’à 18 mètres, déterminé et concentré, il parvint à atteindre le sommet. « Ganesha » était né.  

Mais qui est donc Fabian Buhl ?

Il commence d’abord l’escalade par le bloc. Très vite, il progresse, jusqu’à atteindre le 8C, en enchaînant « Dreamtime » en 2013. Mais à plusieurs reprises, il sera victime de chutes le conduisant à se fracturer la cheville deux fois de suite. C’est pourquoi, il décide d’arrêter cette pratique pour se tourner vers les voies, et notamment le trad.

La première voie qu’il réalise n’est autre que « Prinzip Hoffnung », un 8b+… Pas mal pour « débuter ». 

Quelque temps après, il se tourne vers les grandes voies, enchaînant la célèbre « Silbergeier » 8b+ au Rätikon. Un mois plus tard, il venait à bout de « Nirvana », 8c+, 7 longueurs et seulement 17 spits au total. Ouverte par Alex Huber, cette grande voie n’avait encore jamais été répétée par quiconque. 

Ainsi, Fabian ayant encore plus progressé, l’allemand a voulu rendre hommage à Alex Huber en ouvrant sa propre grande voie en solo encordé. « Ganesha » lui permit donc d’accomplir son rêve !

  • La vidéo de l’ascension:

Voir l'article 1 Reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers Falaise
  • croix en falaise

Un remaniement de nos règles de compétition imposé par l’Olympisme ?

16 Mar

Le monde de l’escalade évolue, celui des compétitions aussi. Qu’on se le dise, l’intégration de notre sport aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 impose un remaniement de nos règles de compétition, afin de les rendre facilement compréhensibles par un public non-expert.

Les récentes modifications des temps de grimpe en finale sont déjà dues à cela. Passer de 8 minutes à 6 minutes en difficulté et de 4 minutes + le temps du dernier essai à 4 minutes maximum en bloc sont des changements de règlement qui ont été faits en vue de s’intégrer au mieux à la télévision. 

C’est pourquoi, durant la dernière conférence de presse de l’IFSC, les règles de calcul en compétition de bloc ont été abordées. En effet, selon Marco Scolaris, président de la fédération internationale, les scores de cette discipline sont compliqués à comprendre pour les néophytes. En effet, le système actuel n’a pas évolué depuis les dix dernières années et est parfois la cause de quelques litiges, même pour les plus aguerris d’entre nous. Complexe, il était évident qu’une intégration aux JO allait modifier ce mode de classement.

Ainsi, un groupe de travail a été créé au sein de l’IFSC. Le but ? Trouver une solution alternative au fameux système actuel « 3t7 4b6 » (lisez 3 blocs en 7 essais et 4 zones en 6 essais). 

Sean McColl, le représentant des athlètes au sein du bureau de l’IFSC, a déclaré que le système de points serait une solution envisageable, tout comme la méthode américaine de calcul de points. 

En Amérique, le système de calcul des classements est bien différent du nôtre. Toutes les prises des blocs sont numérotées. Ainsi, on comptabilise la prise la plus haute atteinte par le grimpeur. Ensuite, on considère chaque bloc comme une propre compétition. À l’issue de chaque bloc, un classement est établi entre tous les grimpeurs. Puis, à la fin de la compétition, un simple calcul permet d’obtenir le classement final par rapport aux « minis classements » de chaque bloc.

Lors de l’Assemblée Générale de l’IFSC au Québec, le format de la compétition lors des JO a été abordé.

Quelques précisions ont été apportées:

  • La compétition, qui se déroulera sous le format d’un combiné, ne comportera pas de phase de demi-finale. Des qualifications, les meilleurs athlètes iront directement en finale. 
  • Justement, le nombre de finalistes sera de six.
    À noter que le principe de « lucky loser » sera appliqué en vitesse pour les grimpeurs classés 7ème et 8ème en 1/8ème de finale. En effet, le nombre de six ne permet pas le système de duel, car il y aurait alors trois duels de deux grimpeurs, et donc trois vainqueurs à chaque fois. Du coup, pour le tour suivant (les 1/2 finales), les duels ne peuvent plus fonctionner puisqu’il a trois grimpeurs. Il faut donc un multiple de 4 pour que les duels puissent se jouer. C’est pourquoi, les 7ème et 8ème grimpeurs seraient repêchés, d’où le nom « lucky loser ». 
  • La compétition commencera par la vitesse, puis le bloc et enfin la difficulté. Ainsi, un programme prévisionnel pourrait être:
    Jour 1: Qualification vitesse
    Jour 2: Qualification bloc
    Jour 3: Qualification difficulté
    Jour 4: Finales (vitesse, bloc, difficulté)
  • Enfin, le classement final sera calculé en multipliant la position de chaque athlète dans chaque discipline. Plus le score sera bas, mieux le grimpeur sera classé.

Les critères de sélection pour participer aux Jeux Olympiques seront communiqués d’ici le mois de Juillet. Il semblerait que seuls deux athlètes hommes + femmes soient autorisés par pays. 

Voir l'article 6 Replies

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers compétition

Une première ! Nalle Hukkataival enchaîne le circuit le plus dur de Bleau en une seule journée !

14 Mar

Sacré Nalle ! Décidément, ce finlandais ne cesse de nous surprendre ! Capable d’enchaîner un 9A bloc ultra-physique, comme l’une des dalles les plus exigeantes de Fontainebleau.

Oui, Nalle Hukkataival vient de réaliser une nouvelle fois un exploit historique. Enchaîner en intégralité le circuit noir, le plus dur de la forêt, en une seule et même journée.

Existant pourtant depuis des dizaines d’années, ce circuit n’avait encore jamais été grimpé en une seule journée. Il compte plus de 34 blocs, les plus faciles cotant déjà 6A. Un circuit qui se termine en beauté par « Duel », cette fameuse dalle en 8A, qui constitue à lui seul un vrai défi technique.

[divider]

Je trouvais ce circuit comme étant un réel test de compétences en escalade. Les blocs demandent tous des techniques et des styles différents: des arquées, des plats, des dalles, des arêtes, des jetés… Même le mental est mis à l’épreuve sur les highballs !

Afin de faire l’ensemble du circuit, il faut donc être un grimpeur complet, et savoir grimper efficacement. 

Et après quelques jours passés en forêt à localiser, brosser et défraîchir certains blocs parfois recouverts par la mousse, Nalle a décidé de se lancer. Cinq heures et huit minutes plus tard, il était au sommet de « Duel », après avoir enchaîné les 33 autres blocs, les doigts en sang. 

Et cerise sur le gâteau, Nalle aura enchaîné tous les blocs du premier coup… Enfin presque: il chutera seulement une fois dans « Duel », avant de le réaliser à l’essai suivant. 

Une vidéo de cette performance sortira prochainement, alors restez connectés ! 

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers Falaise
  • croix en falaise

Patxi Usobiaga ouvre un nouveau 9a/+ à Oliana: « Patxitxulo »!

14 Mar

« Je suis submergé par l’émotion ». Ce sont les premiers mots de Patxi Usobiaga, encore accroché à la prise de fin de « Patxitxulo ».

En effet, quelques jours après avoir célébré le 14ème anniversaire de son premier 9a, « Il Domani », l’espagnol est venu à bout d’une ligne qu’il a lui-même imaginé: une connexion entre « Joe Blau » 8c+ et « Papichulo » 9a+, baptisé « Patxitchulo » et qui oscillerait entre le 9a et le 9a+.

Et pour cause, cette nouvelle voie, typée très rési, passe par le crux de « Joe Blau » et le deuxième pas dur de « Papichulo ». 

« Je suis ravi de cette ligne, pas seulement parce que je l’ai imaginée, mais parce que c’est sûrement la voie la plus dure que j’ai faite depuis 2007 ».

Et le coach d’Adam Ondra a encore de beaux projets devant lui à Oliana. En effet, après être tombé plusieurs fois au sommet de « Papichulo » la semaine dernière, il aimerait bien enchaîner la voie prochainement, ainsi que « Power Inverter » 9a+, « Pachamama » 9a+ et « Joe Mama » 9a+. « Essayer toutes ces voies sans trop me presser et me concentrer seulement sur l’une d’entre elles est une stratégie de ma part, qui je l’espère, va payer! »

Photos: Javi Pec

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers Falaise
  • croix en falaise

Cédric Lachat coche « Estado Critico » 9a à Siurana !

13 Mar

Cédric Lachat, qu’on ne présente plus, ajoute un nouveau 9a à son compteur: « Estado Critico », à Siurana. Une vraie « autoroute » du 9a, puisque que depuis la first ascent de Ramon Julian en 2004, cette voie a été gravie par plus de 26 autres grimpeurs ! 

C’est d’ailleurs dans cette voie qu’Alex Megos enchaînait le premier 9a à vue de l’histoire, il y a maintenant quatre ans.

Une belle perf’ donc pour le suisse, qui compte maintenant près de 25 voies dans le neuvième degré!

  • Voici son commentaire:

« Je suis venu avec l’intention de faire « Estado Critico, 9a » car c’est une voie qui me titillait depuis un moment et je n’avais encore jamais pris le temps d’y mettre les doigts. Directement arrivé, je pars dans la voie faire un repérage. Mais pas facile de caler les méthodes, avec le vent et la pluie, toutes les traces de magnésie avaient disparu… Je tire mon chapeau à Alex Megos qui l’avait faite à vue. C’est vraiment un bel exploit…

Stéphane Hanssens et Alizée Dufraisse me donnent quelques méthodes et je tape tout de suite un premier essai. Mais avec ma mémoire de poisson rouge, je grimpe tout faux comme d’hab! Je recale un bon coup les pieds et garde ma peau pour y mettre un vrai essai le lendemain. Caro en profite pour travailler son 8b « Pati Pa Mi ».

Le matin suivant, on se pointe à la falaise, mais pas de bol, il y a environ 70km/h de vent, c’est la guerre quoi ! Je tape un run mais impossible de rester stable et se reposer dans la voie avec un vent pareil ! Idem pour Caro qui est encore plus légère que moi ! Limite elle fait le drapeau avec le vent… On décide d’attendre le soir pour faire un essai. Hum, c’est un peu stressant d’attendre toute la journée en espérant que la météo se calme pour avoir un seul essai avant la nuit. On se croirait en isolement de compétition.

Finalement vers 17h le vent se calme un tout petit peu et je pars dedans en mode « chute interdite » et ça passe… Estado Critico au 3ème essai, je suis assez content.. Peut-être que je n’aurais pas dû faire le petit joueur et aller voir la Rambla, 9a+ directement ! »

Photos: Coll. Cedric Lachat et Stéphane Hanssens

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers Falaise
  • croix en falaise

Duel au sommet entre Margo Hayes et Ashima Shiraishi sur les Championnats américains de difficulté !

13 Mar

Décidément quel week-end de compétitions ! Pendant que chez nous, les jeunes se disputaient la première Coupe de France de la saison et que les vétérans allaient chercher le titre de champion de France, de l’autre côté de l’Atlantique, les regards étaient rivés sur deux jeunes femmes. Entre autres. Car aux Etats-Unis, les meilleurs grimpeurs avaient rendez-vous dans l’imposante salle de Denvers, dans le Colorado, au coeur des US, pour disputer les Championnats nationaux de difficulté seniors.

Focus sur deux bouts de jeunes femmes, le sourire greffé aux lèvres, le regard pétillant, débordant d’énergie. Encore toutes jeunes, leur palmarès tient déjà sur plusieurs pages. En un peu plus d’une dizaine d’années, ces deux grimpeuses ont déjà réussi des exploits que d’infimes grimpeurs reproduiront au cours de leur vie.

L’une est récemment devenue la première femme à enchaîner un 9a+. L’autre détient la même performance, en bloc, dans le 8C.

L’une est l’américaine championne en titre de difficulté. L’autre participe à son premier championnat chez les seniors.

Duel au sommet entre deux championnes: Margo Hayes et Ashima Shiraishi.

Dès les qualifications, le ton était donné. Les deux grimpeuses se retrouvaient premières ex-aequo, sans surprise, à l’issue de ce premier round. 

Elles sont donc les dernières à s’élancer dans la voie de demi-finale. Une voie typée 100% américaine, où les grimpeuses passent bientôt plus de temps les pieds au-dessus des oreilles.

Quand Margo Hayes s’élance, la voie n’a pas encore été stoppée…

La grimpeuse s’élève alors peu à peu, jusqu’à profiter d’un bon repos. Elle repart, mais bute quelques mouvements plus loin: elle ne parvient pas à trouver la préhension sur un gros volume, ses doigts frôlant la prise de quelques millimètres. Elle lutte quelques secondes avant de se faire emporter par la gravité. Elle se classera 6ème des demi-finales.

Ashima Shiraishi est donc la dernière grimpeuse à se confronter à la voie. Son style de grimpe très souple et rythmé colle parfaite aux mouvements qu’impose la ligne. La jeune grimpeuse de 15 ans progresse petit à petit et surmonte une à une les difficultés qui firent chuter les autres demi-finalistes. Sereine, elle trouvera même un calage de genou en fin de voie, qui lui permettra de se relâcher et de demander le soutien du public, à quelques centimètres de la prise de fin… Qu’elle attrapera quelques secondes plus tard !

En finales, les cartes sont redistribuées à l’ensemble des 11 grimpeurs finalistes. Hé oui, les finales américaines de difficulté comptent plus de dix grimpeurs par catégories. 

De nouveau, la voie de finale est impressionnante. D’énormes macros prises parsèment l’ensemble de la voie. 

Margo Hayes ne tarde pas à prendre le départ. Propre, elle ne commet aucune erreur. L’américaine maîtrise ses mouvements à la perfection. Cette fois-ci, aucun volume ne la piégera. Elle prend le temps de travailler chaque pression jusqu’au croisé final.

La voilà accrochée au bac de fin, exultant face au public.

Derrière elle, les quatre autres grimpeuses ne parviendront pas à réaliser une si belle performance.

Brooke Raboutou aura fait vibrer le public, en chutant sur le dernier mouvement dynamique, les doigts frôlant la dernière prise.

Puis vint le tour d’Ashima. Cette dernière sait que la voie a été sortie. Mais la jeune grimpeuse semble dans sa bulle. Elle se remémore quelques mouvements avant de s’élancer, puis quitte définitivement le sol. À la voir grimper de manière si détendue, la voie semblerait presque facile.

Assez rapidement, Ashima se retrouve au sommet de la voie. Un petit coup de magnésie sur chaque main et la voilà qui attrape à son tour la prise finale.

En ayant sorti toutes les voies de la compétition et en étant mieux classée que Margo en demi-finale, Ashima remporte donc son premier titre national chez les seniors en difficulté… Le premier d’une longue série ?

L’on prédisait son arrivée chez les seniors fracassante. Nous ne nous étions pas trompés ! Le fight en coupe du monde face à Janja Garnbret et aux meilleurs grimpeuses de la planète nous promet d’ores et déjà de beaux moments de sport.

1- Ashima Shiraishi
2- Margo Hayes
3- Brooke Raboutou

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers compétition

Championnat de France vétérans de difficulté: résultats des finales !

12 Mar

En même temps que la première étape de Coupe de France jeunes à Riom se tenaient les Championnats de France vétérans de difficulté 2017, au même endroit, sur le même mur. L’occasion de réunir les jeunes et moins jeunes le temps d’un week-end, avec à la clé, un titre de champion de France à aller décrocher chez les vétérans.

Chez les femmes, elles étaient onze à prétendre au titre dès le début du week-end. Huit d’entre-elles entraient en finale. Et à la fin, c’est Dominique Collière qui se voit sacrer championne de France. Elles seront deux à topper la voie de finale. Mais en ayant été l’unique grimpeuse à enchaîner la voie de demi, le titre revient à Dominique, qui aura donc enchaîné toutes les voies de la compétition. Elle devance ainsi Clarisse Deniau et Nadine Rousselot.

Chez les hommes, ils étaient 38 au départ samedi matin. Mais seuls les huit meilleurs avaient réussi à se glisser en finale. Des finales très disputées, puisque personne n’ira au sommet de la voie. L’année dernière, le titre s’était joué au temps, car trois grimpeurs étaient ex-aequo. Yannick Dupin l’emportait sur Sebastien George. Cette année encore, la victoire se jouait au temps. Mais cette fois, Sebastien, le grimpeur de Roc Evasion, ne s’est pas fait piéger. Il a été le plus rapide aujourd’hui (à 7 secondes près!), remportant son premier titre de champion de France. Stéphane Julien, 7 secondes derrière lui, finit donc 2ème, devant Yannick Dupin, 3ème cette année.

  • Les résultats complets:
Voir l'article 1 Reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers compétition
  • Championnats de France
  • Difficulté

Coupe de France de Riom: les résultats des finales !

12 Mar

La première étape de la coupe de France de difficulté jeunes vient de se terminer, et nous connaissons enfin les noms des vainqueurs ! 

  • Voici les résultats:

Minimes:

Chez les minimes filles, Camille Pouget remporte la compétition à une valorisation près par rapport à Luce Douady. Naïlé Meignan monte sur la troisième marche du podium.

Chez les garçons, c’est le jeune Joshua Fourteau qui s’impose en étant le seul des finaliste à enchaîner la voie de finale. Il est suivi de Paul Jenft et Noé Moutault.

 

Cadets:

Chez les cadettes, c’est la grimpeuse de Nancy Valentine Mangin qui remporte la victoire. La médaille d’argent se sera jouée au temps entre Coraline Necol et Pauline Achour. Et la plus rapide, c’est Coraline, qui monte donc sur la deuxième marche du podium.

Du côté des garçons, quatre tops sur huit en finale ! Mais étant le seul à avoir sorti la voie de demi-finale, Alistair Duval remporte cette première Coupe de France de l’année, devant Pierre Le Cerf et Quentin Guillen.

 

Juniors:

Chez les juniors femmes, la voie restera invaincue. Mais c’est Léna Grospiron qui montera la plus haut. Elle l’emporte donc devant Marie Sara David et Alizé Mariotat.

Enfin, chez les hommes, victoire incontesté de Tom Gauquelin, seul grimpeur au sommet de la voie de finale. Un podium complété par Ronan Guimbert, 2ème, devant Nathan Biotte.

 

Photo: archive 2016, Elia Besombes

Voir l'article Leave a reply

Catégories :

  • # Actualités PG
  • # Univers compétition
  • Coupes de France
  • Difficulté