Accueil > # Univers compétition > Résumé de la seconde étape du Rock Tour à Murmur

Résumé de la seconde étape du Rock Tour à Murmur

Lundi 05/12/2016, 7h00 du matin, le réveil sonne : Harff… J’ai mal partout !

7h10 : Ma douche est un mélange de plaisir et de douleur, entre l’étirement des muscles endoloris et mes petits bobos qui piquent encore. Hey mais j’suis vraiment canon tout de même !

7h25 : Je marche vers la gare et j’ai mal aux fesses ??? Quoi ??? Une compète d’escalade qui fait des courbatures aux fesses, ça n’existe pas ! En plus même si j’ai bu un peu et fait la fête, il n’y a rien d’autre de spécial à remarquer !

7h35 : Ouf je suis dans le train, debout bien sûr mais c’est déjà ça. J’en profite pour faire le point sur mon état physique visiblement déplorable. Moi qui me prends pour un sportif de haut niveau, une force de la nature, un monstre de physique… Comment est-ce possible ?

C’était chouette tout de même samedi !

3h30 de qualif avec 27 blocs, je m’en suis bien tiré, les jaunes et les verts, c’étaient du gâteau mais top pour s’échauffer.

Les bleus, il fallait commencer à grimper, entre les dalles sur volumes, les grosses prises en dévers, la proue en Blozone, la traversée sur la vague métallique. Oui, les bras étaient de sortis ainsi que, les adhérences et les sensations.

Mais bon jusque-là, tout va bien. Les violets, ça commence à piquer. Le réta sur la grosse boule, ça couinait dans les jambes et les poignets. La dalle en « finesse dynamique », humm ça m’a couté des essais, le devers sur prises plates, celle-ci j’ai été fort. Mais bon, la 21 dans le devers !!! Elle m’a bien fait mal, j’en ai tapé des essais. En même temps j’ai vu Monsieur Pascal Gagneux, faire la grimace dedans ! Avec ce crochet de talon plutôt délicat.

OK mon mal de fesses, je dois tenir ça des blocs violets.

Les Roses maintenant ! Bon la petite traversée, elle m’a bien piqué les doigts mais j’ai vaincu ! L’autre m’a fracassée le poignet au décollage mais j’suis sorti Haha ! Au passage merci les filles pour le coaching.

Le rouge ! Hahahaha la blague, j’y suis resté une heure. Juste le temps de voir passer toute la terre ! Bon je ne parle pas de Pascal, Guigui, Mathieu, Baptiste, Yann, Théo ou Cédric, qui ne doivent même plus s’en souvenir ! Non, non je parle de Mél, Maélys, Marine, Justine, ou Camille qui même si elles ont lâché quelques essais, m’ont fait une démonstration, de grâce, de souplesse, de force, de technique. Bref elles m’ont fait rêver et rager en même temps. Seule Sandrine est restée avec moi. Sympa d’ailleurs la jeune réunionnaise ! Ça se trouve j’avais un ticket, j’aurai du prendre son FB avec l’excuse de lui envoyer des photos ! J’suis vraiment naze ! Mais rien à foutre, j’lui ai mis un but ! YESSSSSSSS ! Bon mes maux d’avant-bras et de biceps, c’est à Volx que je les dois.

 

Mais tout ça c’était avant le drame !

Les oranges ! Là franchement, c’est un peu un autre monde. Entre celui ou décoller son pied oblige une ouverture de bassin digne de JCVD dans kickboxer (à 3min42):

et l’autre ou il fallait sortir de l’équipe de France pour réussir (Ca y est je suis amoureux):

 

Bref là mes espoirs de mettre un but à Guigui se sont compétemment envolés, broyés, liquidés, tel un chinchilla dans une fosse à croco… Ce n’est pas encore aujourd’hui que le monde va découvrir mon talent.

Le bloc 27, le noir en Flathold, j’en parle même pas ! Il m’a regardé de haut, en disant : Jeune padawan, retourner t’entrainer tu dois !

Du coup je me suis dirigé vers le bar pour me consoler avec une Biosarde et le Jacuzzi en attendant le grand show des finales.

On commence avec les filles, une équipe qui ne fait pas rire. Enfin surtout pas les ouvreurs. En effet, toute sauf Sandrine, sortent les blocs 1 et 2 à vue et ne font pas le premier pas du bloc 3.

Du coup, il faudra utiliser les résultats des qualifications pour les départager.

Chez les garçons, la bataille fait rage ! Les T-shirt volent et les yeux admiratifs des femmes de la salle, ne laissent aucune chance à mes tentatives de rapprochement de la journée. Je les hais ces mecs !!!

Guillaume met tout le monde d’accord dès le premier bloc en sortant cash le skate. Les autres ne feront que caresser la prise sans la tenir ! Hahaha bande de mini-biceps !

Le bloc 2 est bien physique. 4 Sortent à vue, Yann prendra son temps et travaillera le volume en utilisant ses 3 essais. En même temps, il en a pour son argent. Théo à bout de force le laissera passer. Allé retourne à Nantes et remets ton t-shirt ! Mais il mange quoi pour avoir des muscles comme ça ! J’ai aucune chance de ramener une poulette avec des bestiaux pareils !

Le bloc trois est bien costaud. Seul Baptiste arrivera à sortir au 3e essai. Guillaume semblait bien à l’aise mais fut victime d’une zippette. Mathieu, Cédric, Yann et Théo n’auront pas la force de passer le premier pas dur !

Le podium déesses :                                      

1 Mélanie Sandoz                                              
2 Marine Girardet                                            
3 Justine Taillebois                                          

Le podium des monstres :

1 Guillaume Glairon Mondet
2 Baptiste Binczick
3 Mathieu Bernaud

Après toutes ces démonstrations, j’étais tout émoustillé et en même temps accablé par le niveau de ces mecs !

J’ai pris une bière ou deux avec les potes, demandais quelques orthographes avec 06 en option. Bon n’essayez pas les gars, ça marche pas ! Et finalement, je finis par rentrer chez moi, complétement brocouille comme on dit dans le bouchonnois mais les yeux rêveurs  ! C’est beau tout de même l’escalade. Quand je pense que certains font du poney ou du pingpong…. Hahhahaha… les nazes !

BiiiiiPP ! A me voilà arrivé ! Il était vraiment cool ce we !

Merci à Muriel CP Photo, Sandrine et Lucas pour les photos.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*