Accueil > # Univers Matos > Test matos: les chaussons Ocun Ozone

Test matos: les chaussons Ocun Ozone

Une première pour Planetgrimpe avec ce test, et j’ai envie de dire enfin !!   Car oui, cela fait quelques années que je reste ébahi devant le stand d’Ocun au salon de l’outdoor. J’avais d’ailleurs écris ceci il y a deux ans : Autre belle surprise: OCUN!! Et je suis presque gêné de parler de surprise tant la marque tchèque dégage un sentiment de maturité. C’est bien simple, Ocun propose un catalogue de 125 pages où tout est disponible, de la doudoune aux chaussons, du crash-pad aux cordes en passant par toute la quincaillerie. Oui Oui, il y a vraiment tout!  Pour une entrée en…

Passage en revue

Design - 8
Polyvalence - 8
Confort général - 8
Performance - 7
Rapport qualité/prix - 7.5

7.7

Résumé : classique et performant!!

Note de l'utilisateur 3.44 ( 10 votes)

Une première pour Planetgrimpe avec ce test, et j’ai envie de dire enfin !!   Car oui, cela fait quelques années que je reste ébahi devant le stand d’Ocun au salon de l’outdoor. J’avais d’ailleurs écris ceci il y a deux ans :

Autre belle surprise: OCUN!! Et je suis presque gêné de parler de surprise tant la marque tchèque dégage un sentiment de maturité.

C’est bien simple, Ocun propose un catalogue de 125 pages où tout est disponible, de la doudoune aux chaussons, du crash-pad aux cordes en passant par toute la quincaillerie. Oui Oui, il y a vraiment tout! 

Pour une entrée en matière, nous avons porté notre choix sur le modèle Ozone et ce, pour deux raisons :

  • L’Ozone est décliné en trois versions pour répondre au mieux aux attentes des grimpeurs. On trouvera donc une version dite normale, une version au chaussant plus large et enfin une version femme. Cette triple déclinaison est inédite et méritait bien que l’on test la pertinence du concept.
  • L’Ozone est un chausson dédié certes à la performance (ce qui n’est pas pour nous déplaire) mais dédié aussi au plus grand nombre. Vous trouverez par exemple au catalogue le modèle Diamond, plus élitiste…

 

Nous avons donc sélectionné trois grimpeurs pour vérifier si cette Ozone respecte son cahier des charges.

  • Deux forts grimpeurs  dont un au niveau 8a/b qui a fait essentiellement de la falaise, et l’autre au niveau 7a/b qui a fait beaucoup de bloc et de salle.
  • Laure, une grimpeuse niveau confirmé au niveau 6b/c qui a eu une utilisation très polyvalente (falaise, bloc et salle).

Premières impressions : L’Ozone est un beau chausson. Il en jette !!! Le produit semble très technique, bien finit et performant.  Le chausson est peu cambré mais très asymétrique.  Bref, ça donne envie d’essayer.

Nos deux grimpeurs faisaient la même pointure  ce qui nous a permis de vérifier tout de suite si la différence de largeur au niveau de la zone des métatarses était bien réel. Oh que oui !!!! Et heureusement même !!

L’Ozone s’appuie sur une construction inédite (3-Force Système) qui permet au chausson de gagner en stabilité, en limitant le phénomène de vrille avec une bande de gomme solidaire de la pointe qui vient enrouler les métatarses.  Le résultat est sans appel : ça marche bien, mais attention lors du choix de la version. En effet, cette bande de gomme ne se détend pas du tout. Ne comptez donc pas sur un élargissement dû au travail des matériaux. Pour information, je dirais que la version large correspond plus à une version dite « normale » vis-à-vis de la concurrence, et que la version standard est une version à réserver aux pieds fin. Mais le mieux restera d’essayer.

La version femme se pare de belles couleurs rouges et blanches qui changent un peu. Elle s’appuie sur une souplesse accentuée et une coupe légèrement différente au niveau des malléoles pour respecter la morphologie féminine.

Dès les premiers essais, on est bluffé par le confort. Alors, bien entendu, il faut relativiser ce confort. Nous sommes bien en présence d’un chausson technique et très asymétrique. Il faut donc avoir une certaine habitude. Mais cette hyper-asymétrie est contrecarrée par un cambre presque absent (le chaussons est plat) ainsi que  par un ajustement et un choix des matériaux exemplaires. «C’est tout doux  dedans ». Voilà ce qui fait sûrement tout le charme de ce chausson. L’Ozone conserve une précision redoutable et propose un confort de premier choix.

 Dans la pratique, l’Ozone s’est montré performant en falaise, surtout dans les profils verticaux à léger devers. Sa rigidité et sa précision en pointe ont fait merveille pour charger les petits pieds.

« Plus asymétriques que tous les autres chaussons que j’ai portés, ils sont forcément plus précis, et le changement n’a que du bon : c’est agréable d’avoir confiance en ses pieds et de savoir qu’on peut pousser dessus en toutes circonstances, que la prise soit bonne ou qu’il s’agisse d’une réglette ou d’une micro-prise : on force moins physiquement et on grimpe plus sereinement » (Laure).

Alors toutes ces qualités se payent forcément à  un moment ou à un autre. Qu’il est difficile d’être bon partout !!

En effet, en salle, l’Ozone s’en sort bien. Il est tonique, le talon met en confiance, et on trouve de l’enrobage sur les orteils pour les crochets pointes. Mais sa rigidité ne fait pas de lui le meilleur allié pour aller s’attaquer au bloc les pieds à plat sur les volumes… Forcément.L’Ozone marque le pas aussi dans les devers a cause de son  manque de griffé Les spécialistes ou simples amateurs du genre, devront passer leur chemin pour s’orienter vers des chaussons plus spécifiques (comme le modèle Oxi).

Cette rigidité est due à sa conception d’une part, et aussi au choix de la gomme : Vibram XS Gripp. Un choix finalement assez logique à la frontière entre la souplesse de la XS Gripp 2 et de la dureté de la XS Edge. Et puis, avec 4mm de gomme, Ocun vous garantit des performances qui durent, qui durent…

Notre grimpeur fort nous livre son point de vue logique et pertinent qui résume bien les qualités et défauts de ce chausson :

« L’Ozone est un super chausson de tous les jours. Une qualité importante mais qui devient vite aussi un défaut. A être bon partout, on est le meilleur nul part. Quel que soit le terrain de jeu, l’Ozone est bon mais je lui préfère d’autres modèles plus spécifiques. Le manque de cambrure et donc l’absence de griffé est pour moi son défaut majeur au quotidien».

Conclusion :

Ocun a fait des choix forts et pertinents pour concevoir son modèle Ozone. Une recette payante qui permettra au plus grand nombre d’avoir accès à un chausson  précis mais en conservant une polyvalence et un confort élevé pour sa catégorie.

L’absence de cambrure (griffé) sera un frein pour certains mais un argument pour tous ceux adeptes du classicisme.  

 Une alternative très intéressante à ne pas négliger lors de vos futurs achats.

A noter que cet Ozone peut devenir un allié de choix pour de la grande voie technique, en prenant soin de choisir la bonne taille et la bonne version.

 

3 plusieurs commentaires

  1. Je les ai beaucoup appréciés. Confortables, techniques, choux. Par contre la pointe n’a pas dérogé à la règle de mes chaussons, toutes marques confondues: trou au bout de 4 mois. Ce problème est récurrent, que je grimpe en salle ou en falaise. Pour parer à cet inconvénient je pense dorénavant grimper en Doc Martins renforcées.

  2. Merci pour ce test très intéressant et utile. C’est toujours bon d’avoir des retours de plusieurs types de personnes et dans plusieurs domaines.
    En tout je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’il est très bien fini et plutôt polyvalent. Maintenant est-ce que le manque de cambre gênera les 90% des grimpeurs de 6 et début de 7…pas sur 🙂
    J’en profite pour dire que si vous les cherchez sur Annecy ils se trouvent aux pieds des voies 😉
    http://www.auxpiedsdesvoies.fr

  3. Pour info: ce modèle a chaussé Alban Levier sur le circuit de coupe du monde Bloc l’an passé ( cet année il a choisit l’Oxi) où il a fait quelques beaux podiums. Effectivement plutôt typé rocher que SAE, il permet de d’aller au bout de ses limites particulièrement sur petites prises.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*